A propos d’une étude : commentaires - 27/03/2007

L’etude qui dit les vrais prix de l’immobilier à Marseille

Les prix de 2002 à 2005 selon l’étude Sémaphores pour la Ville de Marseille (décembre 2006)

Beaucoup d’études récentes sur les prix de l’immobilier à Marseille insistent sur le « tassement » ou le « ralentissement « de la hausse en 2006.

Ainsi le Nouvel Observateur du 22 Mars 2007 note le « ralentissement » et pointe le décalage entre l’offre abondante de logements neufs à des prix inabordables pour trois quarts des Marseillais.
Plus précis, « IMMO Sud », supplément du 24 Mars 2007 à La Marseillaise, interviewe les différents acteurs immobiliers, et reflète l’inquiétude des notaires et agents immobiliers : plus sûrement que la baisse des prix, on peut relever qu’en 2006 :
-  le délai moyen de vente d’un bien a doublé en un an (de 3 à 6 mois)
-  le stock chez les professionnels a également doublé
-  dans l’ancien, le volume de vente a pour la première fois depuis longtemps baissé.
 

Dans le langage des professionnels, cela annonce le dégonflement d’une bulle immobilière, qui pourrait ramener les prix à des valeurs moins spéculatives et plus abordables pour la population marseillaise ;
Mais une autre étude est passée inaperçue, et pour cause, la Mairie de Marseille ne l’a pas diffusé : celle réalisée à sa demande par le bureau d’études « Sémaphores Territoires Conseil » en septembre 2006 sur certains quartiers centraux et autour d’Euroméditerannée. 
 
Cette étude étant payée sur fonds publics, nous en diffusons le tableau principal (en pièce jointe) qui pose les questions suivantes :
-  pourquoi la Ville laisse-t-elle publier des chiffres gonflés portant sur les prix de l’immobilier à Marseille, genre "prix moyens 2800 euros le m2" et s’appuie-t-elle sur ces chiffres pour son niveau d’intervention, alors que l’étude qu’elle a commandée montre des distorsions dans plusieurs quartiers ?
-  pourquoi les prix moyens réels de vente dans le neuf sont inférieurs, notamment dans le 1°, 3° ou 15° arrondissements ? 
-  pourquoi mettre la barre des prix du "chèque-logement" à 2400 euros le m2 en présentant ceci comme une "exigence" vis-à-vis des promoteurs ?
-  pourquoi les prix moyens réels de vente dans l’ancien sont-ils très inférieurs à 2000 euros, notamment dans les arrondissements centraux (1°,2°, 3°) et le 15° arrondissements, à la fois aux chiffres communément affichés par la Mairie et à la borne de 2000 euros pour l’ancien fixée dans le chèque logement ?

Quand cette étude complète et les précisions qu’elles appellent pourront-elles être portées à la connaissance des marseillais ?

> Evolution des prix immobiliers à Marseille (2002 à 2005)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : mercredi 26 avril 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0