Relevé de décisions - 4/01/2008

Conseil d’administration du 5 novembre 2007

 
Présents : 11 administrateurs 
Excusés : 5 administrateurs
Invités : 2  
 
1 – Rue de la République .
Les évolutions et les adaptations de la défense des locataires, en regard de :
-  Ce que vivent les habitants restants dans les phases actuelles des chantiers.
-  Les pratiques de propriétaires et bailleurs.
-  Nos relations avec Euroméditerranée 

   Point sur la permanence :
Au début nous étions nombreux et ça se voyait, maintenant avec les départs, trois situations de locataires se présentent :
1 / ceux que nous avons accompagné et qui commencent à être un peu fatigués
2 / ceux qui sont partis et qui ont accepté des contreparties financières
3 / ceux qui subissent des violences de chantier

La question des hausses de loyer à l’échéance des baux : on accompagne les locataires, en les aiguillant vers la CNL. Souvent ils se demandent comment ça va se passer avec les « nouveaux » habitants. Ils s’interrogent aussi sur le niveau des charges dans les futurs appartements

La permanence est un lieu intéressant pour continuer à toucher des gens qui connaissent des problèmes de logement dans le périmètre d’Euromediterranée, et notamment dans les nouvelles ZAC qui vont faire l’objet des futures réhabilitations (ZAC du côté de la Rue du Bon Pasteur notamment). C’est ainsi qu’apparaissent des locataires qui n’habitent pas strictement dans le périmètre de la Rue de la République, mais dans les alentours et qui viennent.

Nous sommes un « noyau » pour tenir la permanence et nous pensons passer à un suivi un peu plus individualisé d’un certain nombre de personnes. Or l’information ne passe pas assez entre nous sur la synthèse des cas que nous suivons. Nous sommes convaincus qu’il faut continuer les permanences.

  Quelques perspectives et réflexions prospectives

A partir du constat des logements vides, des commerces de proximité qui disparaissent, du coût des loyers etc. nous pouvons nous poser la question : qui va vivre Rue de la République ?

•  Les bailleurs sociaux qui ont pris environ 400 logements vont les refaire « aux normes ». Mais ceux qui ont été faits par Marseille République comme « logements sociaux » ne peuvent pas être acceptés comme tels car ils ne respectent pas les normes. SOGIMA et d’autres ont pourtant accepté ces locaux. Cette situation risque de coûter très cher aux locataires l’an prochain. A propos des appartements refaits « à la va-vite », il faudrait peut-être prendre contact avec les bailleurs concernés. Il faut signaler que « Le nouveau logis provençal » a fait un papier remarquable sur les travaux à faire à l’attention de ses locataires. Peut-être faudra-t-il, il
•  Il y a trois acheteurs pré-ciblés par Lone Star pour racheter les blocs de commerces et de logements réhabilités. Cette vente va se faire. On aura soit des comportements d’investisseurs institutionnels, soit des comportements « sauvages ». Il faut être vigilants, et construire une position d’interpellation vis-à-vis des pouvoirs publics, en envisageant quand il cela est possible pour la collectivité de proposer le recours au droit de préemption 
•  Bref compte-rendu de la rencontre récente avec Euromediterranée . Quatre points ont été abordés :
- la situation des locataires de la Rue de la République
- la question du bilan de l’OPAH
- les nouveaux secteurs d’intervention d’Euromediterranée qui sont « peuplés »
- l’établissement d’un point de contact avec Euromediterranée : Monsieur Kolf
Ces questions ont été reprises à l’occasion d’un entretien avec la Mairie le 26 octobre 2007.

L’Etat sait aussi que nous avons vu la Ville et Euromediterranée. Nous allons bientôt être reçus par le Préfet, pour évoquer le problème de la rue de la République, et les futurs problèmes liés à l’élargissement du périmètre d’Euromediterranée.

En ce qui concerne les problèmes évoqués sur les perspectives et les hypothèses, oui il faut rester vigilant. Mais il faut se rappeler que nous avons vu la Rue de la République par le prisme de deux propriétaires (Marseille République et Eurazéo). Il y a les autres, 50% du parc, sur lesquels nous ne savons pas ce qui se passe. Nous avons une double responsabilité :
- achever ce que nous avons entrepris
- nous intéresser aux habitants qui sont dans l’autre partie du patrimoine.
Par ailleurs, on constate que la Rue de la République se repeuple d’une étrange façon. On risque d’avoir des locataires « anciens » qui seront débordés par les coûts induits par la réhabilitation. Il faut commencer à réfléchir à ce qu’on peut faire en 2008 et 2009. Il faut que nous avancions sur une idée d’initiative vis-à-vis des pouvoirs publics.

2 – La situation du logement à Marseille à la veille des municipales,

L’objectif est de faire surgir la question du logement à Marseille dans le débat électoral, Avant la campagne de renouvellement du conseil municipal.

La première étape a été réalisée sur la base du travail fait au moment des élections législatives du printemps 2007. Nous avons décidé d’actualiser ce document. Une réunion a eu lieu avec une série d’institutions (sociétés HLM, Union Régionale des HLM, AMPIL, FNAIM, Habitat et Humanisme, …). La diversité des compétences et des domaines était représentée dans le débat qui a été ouvert, dense, diversifié, intéressant. Cette première étape a débouché sur l’annonce faite aux partenaires d’avoir une mise en public du débat. Cela a rencontré un intérêt général autour de la table, y compris de la part des représentants du secteur privé. Le compte-rendu de cette réunion devrait prendre la forme d’un mémorandum réalisé par Madame Zitouni et une doctorante. L’équipe d’atelier va examiner ce travail, faire des propositions pour des contacts avec un deuxième cercle d’associations.

La deuxième étape a pour objectif d’élargir notre participation pour atteindre l’objectif de mise en public des éléments de la première étape, éléments qui seront problématisés et mis sous forme d’interpellation. Nous avons commencé à élaborer un travail de questionnement sur la base des 8 questions posées dans le document du printemps 2007.
Reste que, pour l’instant, nous n’avons pas encore abordé la forme que peut prendre l’interpellation publique. Nous nous sommes mis comme horizon « méthodologique » de faire quelque chose au plus tard mi-décembre 2007- début janvier 2008. Au minimum, ça peut être une réunion suivie d’une conférence de presse. Avec la démarche que nous avons engagée, soit on verra que CVPT est seule pour porter l’interpellation, soit on constatera qu’il y a d’autres partenaires pour le faire avec nous. L’idée est que cette deuxième étape soit une plate-forme d’interpellation de CVPT vis-à-vis de qui que ce soit.

3 – Les autres démarches à la veille des municipales,

D’autre part, le monde ne s’arrête pas de tourner.
•  Nous avons des discussions avec l’Hôtel de ville et la Préfecture. Ces échanges vont apporter de la crédibilité à ce que nous disons sur le devenir des ventes par les investisseurs sur les produits anciennement défiscalisés. Comme nous l’avions demandé avec insistance, trois d’entre nous (Daniel, Michel et Nouredine) avons eu, le 26 octobre, une séance de travail à l’hôtel de ville avec H. Loisel, secrétaire général adjoint et Mme Giotto, directrice du service Habitat. Pendant près de 4 heures nous avons pu avancer sur les questions suivantes :
- Les 12 à 15 immeubles du PRI Centre ville qui pourraient être dédiés à court terme en logement sociaux destinés à des personnes âgées vivant dans des conditions précaires : nomenclature de ces immeubles, état de leur procédure de réhabilitation, livraison des logements… Et plus largement traitement des hôtels meublés.
- L’avenir des logements et des immeubles, objet des reventes par les investisseurs ayant bénéficié des aides publiques du PRI : l’exercice du droit de préemption de la Ville, le maintien dans les lieux de leurs habitants...
- La mise en oeuvre du diagnostic social et de son suivi pour les habitants concernés par les opérations de réhabilitation, notamment pour le Plan d’Eradication de l’Habitat Indigne : le cahier des charges, les conditions du suivi,...
- Le devenir de l’OPAH République et Euroméditerranée : leurs évaluations, leurs prolongations,...
•  A l’occasion de notre rencontre avec le Préfet nous exposerons nos propositions en matière de logements.
•  Un effort sera fait aussi pour faciliter la traduction à la portée de tous de nos propositions
•  Aux demandes d’intervention qui seront demandées par les divers candidats aux élections municipales à Marseille l’association maintiendra sa position antérieure à savoir :
-Tous les membres de CVPT qui interviendront sont libres de faire de la pédagogie, mais devront s’obliger à ne pas dépasser, en terme de message, ce qui sera adopté entre nous.
- Les interventions des membres de CVPT se font à titre personnel et n’engagent pas l’association.

La notoriété de l’association est due à la façon dont elle a su gérer les différents registres.
Par contre faire part de l’expérience de CVPT, ça ne pose aucun problème. Il ne faut pas oublier que nous avons 250 à 300 adhérents et environ 3000 sympathisants. Il faut :
- qu’on tienne compte des discussions que nous avons engagé avec les institutions.
- qu’on ne serve de caution à personne.
Après les élections, nous serons encore comptables des actions du centre ville !

 En conclusion, nous devons travailler sur les perspectives pour agir. L’action doit se focaliser sur : Qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui pour préserver et restaurer une qualité d’habitat qui corresponde aux caractéristiques sociologiques de la population ? Nous nous appelons un Centre ville pour tous, et pas un logement pour tous ! Nous parlons du droit à la Ville, du droit aux services publics…

4 – Information et formation.

Martine a fait un compte-rendu de la réunion-formation qui va circuler au sein du CA. Il faut que Lionel et les membres du groupe formation-information réfléchissent à une proposition pour la suite, avec un objectif bien précis : quelle articulation faisons-nous entre l’effort de formation-information et l’interpellation dont nous venons de discuter ? Il est noté que la séance du 12 octobre a tenté de cumuler information et formation, tout en mêlant des acteurs et des usagers… C’était difficile de mettre une cible aussi diverse au même niveau.

5 – Questions diverses.

•  Proposition de Marie Sengel
Il s’agit d’un vernissage qui aurait lieu le 4 décembre 2007 au Dakiling pour une exposition de Franck Pourcel qui a fait des photos sur Noailles, accompagnant des textes d’habitants et une analyse de Marie Sengel, dans le cadre d’un ouvrage à paraître aux Editions « Petits Papiers ». CVPT sera là pour asseoir le thème de la réhabilitation.

•  Demande de l’association Touiza-Solidarité. Cette association a monté un vaste programme de formation-sensibilisation, en direction de cadres des collectivités locales et de la socièté civile des trois pays du Maghreb. Il est demandé à CVPT de consacrer une demi-journée d’information sensibilisation sur le centre-ville de Marseille. Dans la mesure du possible Nouredine, Daniel, Simon, Antoine, Michel y participerons.

Et aussi

5/12/2016
Enquête cadre de vie rue de la République( Note sur l’avancement )

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 20 mars 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0