Les piétons du Centre ville à l’abandon - 12/09/2003

Eléments pour un plan d’action piétons

Suites du débat public du 2 juin 2003

Le débat du 2 juin 2003 organisé par Centre Ville Pour Tous en collaboration avec Ecoforum, Association des droits du piéton, Auto Partage a donné lieu à un compte rendu et aux propositions d’éléments pour un plan d’action

1- Réflexions :

Les piétons oubliés :

- L’INSEE a montré que les modes de déplacement sont fonction des différents âges et des publics.
- La sécurité est nécessaire pour les piétons.
- On est souvent plus pollués dans la maison, les gens sortent pour s’oxygéner.
- On dirait que le piéton qui s’arrête est quelque chose d’étrange, or chacun a le droit de flâner.
- Le piéton de Belsunce est inexistant, si le piéton est d’origine immigrée il est encore plus négligé,
- On est à un moment de révolte du piéton. Les limites de la voiture :
- C’est une ineptie de créer de nouvelles places de stationnement, ça aspire les voitures.
- 75% des déplacements concernent moins de 8 km.
- On gâche les terrains destinés à des parkings près des pôles d’échange,
- La voiture pollue, elle pollue aussi la mer, elle fait du 8 km/h.
- La voiture apporte la pollution, mais les voitures sont climatisées, elles ne s’occupent pas de la pollution qu’elles produisent (incivisme).
- concession et tarification des parkings sont des questions oubliées ;
 
Les limites du métro, l’opportunité du tramway :
- L’arrivée du tramway devrait permettre de mettre en sens unique les rues adjacentes, il ne faut pas rater cette occasion.
- Des pôles d’échange avec des parking en périphérie oui, mais quand le métro ferme à 21 h c’est impossible.
- Les transports en commun de surface sont ralentis par la circulation,
 
Les incohérences qui marquent l’ensemble de la vie sociale :
- L’individualisme est naturel, c’est un reflet de l’absence de loi.
- On a renoncé à agir sur le civisme.
- Il y a une histoire de la dégradation au cours des 15 dernières années. - On recommence à mettre du linge aux fenêtres alors que c’est interdit.
- Rareté des sanctions en direction des propriétaires de chiens de faire leurs besoins
- Rappel à la règle inexistants pour les poubelles : elles empêchent parfois le passage des piétons, les sacs en plastique qui bouchent les égouts posent un problème de sécurité publique lors de pluies torrentielles …
- Parmi ces incohérences plusieurs viennent des autorités publiques :
*obligation pour ceux qui réhabilitent de créer une place de parking
*absence de suivi de la gestion des parkings concédés,
*autorisations d’emplacement,
*absences de rappel à la loi et absence de règle

2- Préconisations :

 
Revendiquer des moments sans voitures :
-Pourquoi ne pas faire une opération « voie Pompidou » (c’est à dire une voie dégagée de ses piétons) un jour férié pour retrouver le plaisir de l’espace ?
 
Stigmatiser certains comportements automobiles :
-Apposer des macarons sur les voitures un monsieur ou une dame avec une poussette pour sensibiliser ?
-M. X rue des 3 Mages fait des faux PV.
 
Revendiquer une nouvelle gestion des parkings :
-pourquoi les parkings ne sont-ils pas mieux gérés ?
-mettre en cause le problème des conventions de concession,
 
Participer à de nouveaux choix :
-On peut intervenir par le biais des vitesses limitées et des sens de circulation
-L’auto-partage c’est la pacte anti-voitures.
-A travers les journées roller-skate on montre qu’il y a un potentiel d’innovation pour de nouveaux modes de déplacements.
 
Alerter sur les dangers pour la santé :
-Il y a un problème de santé publique, lié à la pollution automobile, équivalent à celui de l’amiante
 
Mobiliser les transports publics :
-Lorsqu’il y a des tickets gratuits, c’est 50% des gens en plus qui prennent le métro.
 
Saisir l’occasion du tramway :
-le tramway qui doit amener une restructuration des modalités de stationnement et des sens uniques.
 
Revendiquer des pôles d’échanges extérieurs au centre ville :
- Le centre ville est de moins en moins adapté à la voiture, les pôles d’échange pourraient aider.
 
Stigmatiser le comportement des propriétaires de chiens :
- Pour les crottes de chien, il y a une amende mais on ne l’applique plus (à Paris, on triple la taxe), Marseille est une ville sans loi.
 
Faire respecter les règles par les promoteurs aussi :
-Les promoteurs ne respectent pas les règles (affichage, etc…).
 
Stigmatiser les insuffisances de la police et de la ville :
-rue de l’Etoile depuis 2 ans tous les trottoirs sont occupés, ni le commissariat, ni la mairie ne répondent, il y a un désintérêt total pour cette population.
- faire savoir les négligences des autorités,
-Il faudrait afficher la réglementation : pour les chiens, les voitures ou les poubelles…
 
Mobiliser les piétons eux-mêmes :
-des opérations symboliques (ex. les élus en fauteuil roulant),
-comment faire pour que les piétons se défendent ?
-Rue Chappe on a fait une pétition pour dénoncer tout cela.
- et ne pas hésiter à expliquer les scandales à l’opinion.
-charte ou cahier de doléances,
 
Engager des recours :
-l’habitant ne prend pas les dispositions que lui offre la loi, aucun recours n’est entrepris, il faut que le piéton attaque tous les responsables qui bafouent les règlements (Ville, Etat, etc…),
-engager des actions juridiques ou des recours pour une stricte application de la loi, -attaquer la légalité de la clause qui dans le POS contraint les habitants qui réhabilitent à réaliser systématiquement un parking.

> Compte Rendu débat du 02/06/03

> Eléments pour un plan d’action

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0