Compte-rendu - 1er/10/2010

Assemblée du lundi 5 juillet 2010

Association "un centre ville pour tous"

Compte-rendu de l’AG du 5 juillet 2010
 
ORDRE DU JOUR
 
I - CVPT et Marseille-Provence 2013
A partir des échanges du groupe « Pensons le matin », qui se réunit depuis plusieurs mois à la Friche de la Belle de Mai.
 
II- Penser l’après-PRI
Les initiatives que nous devons envisager avec les habitants que la fin des conventions a abandonnés sans information ni perspectives de réhabilitation.
 
III- Rue de la République :
Les nouvelles intentions d’ATEMI et les projets d’Euroméditerranée sur bd Pelletan
 
IV- Formation : programme des prochains mois.
 
V- Calendrier de la rentrée.
 
VI- Questions diverses
 
 
La séance est ouverte à 18h20
 
 
I - Marseille-Provence 2013
 
Un exposé est fait (cf Document en Annexe I) sur la démarche entreprise une fois par mois depuis 9 mois avec certains membres de Centre ville pour tous et d’autres associations de terrain, et des animateurs de lieux culturels dans les locaux de la Friche Belle de Mai : des préoccupations différentes mais peut-être complémentaires, mais une inquiétude sur les retombées réelles sur les conditions de vie des habitants du centre ville, par analogie avec ce qui s’est déjà passé sur le centre ville à travers le PRI ou la modernisation accélérée de la rue de la République (cf. Annexe I).
David propose une définition du processus de modernisation accélérée que peut entraîner l’opération Marseille Provence 2013, intentionnellement ou non, et que d’aucun appellent « gentryfication » : « une restructuration élitiste de la ville, une revalorisation à usage des plus nantis avec exclusion des résidants et commerces de moindre situation ».
Un débat suit sur les raisons pour CVPT de s’impliquer dans cette réflexion et de s’inquiéter pour l’avenir.
Les grands projets de construction et d’aménagement liés à Marseille Provence 2013 pour la revalorisation de l’image et de l’attractivité de la ville autant que pour son renouveau culturel, auront des répercussions sur le centre ville que nombre d’entre eux « ceinturent ». L’évolution souterraine qu’ils sont susceptibles de provoquer sera importantes (en terme d’élévation des prix du foncier et d’élévation du montant les loyers, en particulier) pour les habitants.
L’équipe de « Pensons le matin » réfléchit à un « manifeste » qui pourrait être signé largement et diffusé en direction des autorités publiques, les membres de CVPT en seront saisis lorsqu’il sera prêt.
Daniel attire l’attention sur le fait que, s’il est important de porter notre regard sur 2013, il est nécessaire d’être attentif à ce qui se passe dès maintenant : seul le volet aménagement du centre ville de la délibération du 9 février 2009 semble intéresser les autorités municipales (avec le projet d’architecte qui doit être connu en juillet) au détriment du volet logement qui est pourtant au cœur de cette délibération.
 
 
II- Penser l’après-PRI
Jusqu’à ce jour, CVPT a assuré un travail d’interpellation des pouvoirs publics et des élus sur la nécessité d’un bilan-évaluation de la mise en œuvre des PRI du centre ville et sur la définition des suites qui doivent être envisagées compte tenu d’un taux de réalisation des réhabilitations très peu satisfaisant (voir l’enquête de CVPT sur le PRI Noailles).
Devant l’attitude de dénégation des élus de la ville, notre association doit plus que jamais renforcer sa veille auprès des habitants sur les questions de l’insalubrité des logements dans le centre ville et de la précarité des relations entre bailleurs et locataires.
Par ailleurs, l’association (en usant de son statut d’ALUA) a rencontré les responsables de la Ville et de la Communauté urbaine à propos de l’élaboration des documents de PADD et de SCOT. M. Claude Valette a accepté d’organiser une vraie séance de travail de CVPT avec les services de l’Urbanisme et de l’Habitat de la ville en octobre.
M. Patrick Magro de la communauté urbaine a accepté de conduire le 11 octobre une séance d’information et de formation organisée par CVPT sur le thème du SCOT et du PADD
Enfin en septembre, CVPT devrait être invité à une réunion de travail sous l’égide du Préfet sur l’habitat indigne, dossier en charge de Mme Fructus. A cette occasion devrait être posée clairement la question de la suite des PRI du Centre Ville
 
La veille sociale auprès des habitants, et suite à l’expulsion avec intervention des forces de l’ordre d’une famille locataire de Nouveau logis Provençal au 50 rue de la République, il a été débattu d’un début de travail en réseau sur le secteur République avec la CSF (Jean-Luc Duriez) et Solidarité mieux vivre pour CVPT. En outre, depuis plusieurs mois le RESEL Marseille (réseau stop aux expulsions) se mobilise pour intervenir en cas de menaces et mise œuvre des expulsions par les autorités préfectorales Les membres de l’association qui souhaitent s’investir dans ce réseau doivent donner leurs coordonnées à Antoine qui les transmettra à Jean-Luc Duriez
Par ailleurs, Antoine après en avoir discuter avec Nouredine, propose qu’une séance de travail soit organisée en septembre avec les partenaires de l’action sur le terrain pour tirer les enseignements (ce qui a marché et ce qui n’a pas marché) sur la défense des locataires à partir de cas concrets (dont celui de l’expulsion de la famille Haddad du 50 rue de la République). Antoine se chargera d’organiser cette séance de travail en lien avec JL Duriez et Vincent Abad
Enfin sur la suite des PRI, Patrick souligne la carence à venir de moyens publics avec la disparition de l’ANAH pour Marseille, le relais par l’ANRU qui s’arrête aux frontières du Centre Ville (Réformés et Saint Charles).
 
 
III- Rue de la République
* D’après les informations recueillies dans la rencontre CVPT - Euroméditerranée du 15 juin, ATEMI est en voie de reprendre les travaux de réhabilitation des 400 à 500 logements restés à l’abandon depuis 2 ans. Il nous a été dit que la nouvelle direction d’ATEMI était dans de meilleures dispositions à l’égard des locataires restants et que la direction d’ATEMI était disposée à rencontrer le bureau de CVPT.
En septembre Antoine Richard prendra contact avec Guillaume Kolf pour demander qu’Euroméditerranée soit à l’initiative de cette rencontre.
Enfin, pour préparer la rencontre, un point sera fait en lien avec Solidarité Mieux Vivre et la CSF, sur la situation des locataires relevant d’ATEMI
 
* Sur les autres questions, un suivi est assuré sur le problème des hausses de loyer du fait d’ANF-Eurazeo lors des renouvellements de bail de leurs locataires.
Enfin sur la question de l’augmentation considérable des charges que ce soit d’ANF ou des bailleurs sociaux, un travail de mise en place de sections locales de locataires par la CSF devrait permettre d’avoir un accès aux comptes et d’enclencher un contrôle direct par les locataires.
A la fin de cette année, on pourrait envisager que soit fait un bilan de l’efficacité de cette démarche avec JL Duriez
 
 
IV- Les aménagements nouveaux dans les quartiers concernés par la coupure de la fin de l’autoroute A7
Une séance d’information par des responsables d’EPEAM (dont Guillaume Kolf) a été organisée le 15 juin 2010 pour des membres du Conseil d’Administration de CVPT + quelques personnes invitées pour leur implication dans ce secteur.
Un compte rendu figure sur le site de CVPT duquel il faut retenir les points suivants :
- CVPT devra veiller au respect de l’engagement des 30 % de logements sociaux dans les constructions et réhabilitation des logements de ce secteur
- CVPT devra ré-insister sur la nécessité que l’aménageur installe sur place un bureau d’information accessible aux habitants pour toutes questions relevant de la programmation des travaux de leur calendrier et des conséquences sur les changements dans la vie quotidienne (circulation, nuisance, logements disponibles…)
 
V- Formation : programme des prochains mois
Un plan complet a été proposé par Lionel au nom de l’équipe formation.
Lionel a insisté sur la recherche de cohérence entre les propositions de formation et la maîtrise par tous les adhérents de CVPT , et au-delà de nos adhérents, des actions conduites par notre association.
La question de la participation des habitants à la politique de la rénovation urbaine lui apparaît centrale.
Dans un premier temps des séances sont programmées sur les thèmes du schéma de cohérence territoriale (SCOT) et sur la question de la participation des habitants aux grands projets d’aménagement.
Le plan de formation (cf. Annexe II) a été considéré comme une vraie avancée et a été approuvé par l’AG.
 
 
VI- Questions diverses
- Calendrier : le prochain bureau de CVPT se tiendra le lundi 30 août à 12h30
Le prochain CA est fixé au 6 septembre 2010
- Adhésions : le trésorier enverra à tous les membres du CA la liste des adhérents non à jour de leurs cotisations 2010 pour un suivi personnalisé de chacun de nous auprès de nos connaissances. Cette démarche vient en complément de la lettre adressée par Simon aux « retardataires ».
 
 
La séance est levée à 20h20
 
 
Annexes :
 
 
Annexe I : Introduction au débat sur le texte proposé par « Pensons le matin »
(à propos de « Marseille Provence 2013 »)
 
Depuis quelques mois, plusieurs membres de CVPT participent à un groupe de travail qui rassemble des militants associatifs, des intellectuels divers et des acteurs culturels sur le projet "Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture".
Ce groupe de travail - qui s’est dénommé lui-même "Pensons le matin" - a jugé utile de mettre au point un texte qui synthétise ses réflexions.
C’est ce texte qui est présenté aujourd’hui.
Sans en être partie prenante en tant que telle, l’association CVPT est intéressée par cette démarche et juge utile de mettre ce texte en débat dans le cadre de son assemblée générale.
Quel est le contexte ?
Marseille Provence 2013 est un grand projet culturel, l’équipe en charge de ce projet fait un travail de fond pour faire mûrir et rassembler les initiatives, pour impliquer les collectivités locales, pour mobiliser les acteurs privés.
Un certain nombre de membres du groupe "pensons le matin" sont préoccupés par les difficultés de l’équipe d’animation de MP 2013 à impliquer les acteurs culturels de la ville, à faire que ce projet soit l’affaire de tous les acteurs culturels, présents dans les quartiers de cette ville (et des autres villes du territoire provençal concerné). Leur préoccupation est légitime lorsqu’on voit que les collectivités locales sont peu motivées par ce projet, et que les moyens financiers réduits risquent de conduire surtout à faire appel à quelques grands opérateurs culturels nationaux, aux côtés d’investisseurs privés plutôt habitués à distribuer de la "soupe" culturelle.
Certains sont aussi préoccupés aussi par les répercussions sociales dé-structurantes que certains grands événements culturels comme ceux-là peuvent avoir sur les habitants (la culture devenant alors vectrice de boboïsation ou de gentryfication). Ils rejoignent en cela les préoccupations de CVPT.
Au titre de CVPT, nous sommes préoccupés par deux choses :
- d’une part les méga-événements comme ceux-là ont produit dans d’autres ville le meilleurs et le pire (que ce soit des JO ou des évènements culturels), par leurs coûts et par leur impacts profonds sur la ville d’accueil et sur les habitants,
- d’autre part responsables politiques de Marseille ne nous ont pas habitué à appréhender les quartiers du centre ville et ses avec délicatesse lorsqu’elle pouvait faire valoir que la cause à défendre était trop importante pour perdre du temps sur les "petites" choses (que ce soit pour la réhabilitation du centre ville, lors du projet de Coupe de l’America ou sur la rue de la République).
Il nous paraît important de garder les yeux grands ouverts sur les risques d’une opération comme celle-là.
Les moyens financiers mobilisés pour le projet ou en parallèle au projet (sur le Vieux-Port, sur la Porte d’Aix ou sur Euroméditerrannée, même si les grands investisseurs privés ont revu leurs projets à la baisse, sur le MUCEM ou la Villa Méditerranée) vont être considérables.
Et cet ensemble d’opérations - très profitables à la ville, à son attractivité, à son meilleur positionnement dans le « classement mondial »des villes dans une logique concurrentielle etc. - a toutes chances dans le contexte actuel d’arrogance des autorités municipales (cf le traitement de la question de l’évaluation du PRI du centre ville lors du conseil municipal du 21 juin 2010) d’être très largement à l’avantage des investisseurs, anciens et nouveaux, beaucoup plus qu’à l’avantage des habitants de ce centre ville, et en tout cas des habitants les plus pauvres.
On peut craindre que au nom de l’image de la ville au nom des réfections de façades et des nouveaux aménagements urbains, et grâce aux processus spéculatifs, bien peu contrôlés, de nombreux habitants soient à nouveau exposés aux risques de l’expulsion.
A cela nous voulons nous préparer.
Et si nous participons à ce groupe de travail avec de nombreux artistes qui réclament une meilleure prise en comptes des initiatives culturelles de terrain, c’est aussi parce que nous sentons bien que leurs démarches sont à échelle humaine et beaucoup plus attentive aux souhaits des habitants, c’est parce que nous pensons que avec eux, nous sommes susceptibles de peser en faveur d’un autre projet de Capitale de la culture, qui valorise toutes les cultures et en même temps respectent les habitants d’aujourd’hui et leur cadre de vie, un projet qui n’utilise pas lâchement la hausse des loyers pour provoquer leurs départ mais qui tienne compte aussi d’eux.
 
 
Annexe II : Proposition de programme de formation octobre 2010 - juin 2011
 
1- Un programme de formation pourquoi faire ?
Information, sensibilisation, formation que chacun retienne le terme qui lui convient.
Il nous paraît important à Centre Ville Pour Tous de continuer à nous enrichir de toutes les informations possibles concernant les thèmes qui nous préoccupent pour mieux comprendre : les acteurs d’hier et d’aujourd’hui, les réalités sociales de notre centre ville, les processus qui ont contribué à construire ce qui nous entoure.
Ces séances ne sont qu’une partie de ce que nous apprenons jour après jour par nos rencontres avec les autorités, les acteurs publics, les habitants ou par la presse.
Elles sont complémentaires.
 
2- Les séances de formation de 2009-2010 : une année bien remplie
13 octobre 2009 : Chantal Bourglan à propos de La bataille judiciaire pour le droit des habitants, sur les textes de loi essentiels et la complémentarité nécessaire entre les 2 démarches, celle des associations et celle de l’avocat
18 novembre 2009 : Daniel Carrière et Nouredine Abouakil à propos du PRI Belsunce, PRI Noailles-Chapitre et de son évaluation sur les différents aspects de l’analyse faite par CVPT sur l’évolution du PRI
16 décembre 2009 : Jean-Louis Laurent et Eric Castaldi autour du thème Une réhabilitation de qualité en centre ancien, est-elle possible ? nous ont aider à voir les perversions du système actuel.
23 février 2010 : Philippe Foulquié sur Culture - cadre de vie - participation des habitants
d’intervenir sur l’importance de la culture dans la capacité des habitants à participer à l’évolution de leur cadre de vie et sur le fait que la gentryfication n’est pas une fatalité
30 mars 2010 : Martine Derain à propos de Art, politique et action, sur ses démarches continues pour associer l’art et les habitant
11 mai 2010 : Bénédicte Moisson de Vaux et Marie Martin-Raget sur Le Programme local de l’habitat (PLH) : objectifs et réalités, sur le contenu du PLH et ses modalités d’application sur le territoire de Marseille
Ces différents regards sur la fabrication de la ville et sur l’évolution du centre ville ont enrichi la réflexion collective et aidé à une mise à niveau des connaissances, connaissance des sigles, du droit des locataires, du droit urbain, des politiques conduites et de leurs répercussions sur les habitants, des diverses modalités de la mobilisation citoyenne aussi.
 
3- Quelle ambition pour 2010-2011 ?
Pour 2010-2011, nous continuerons cette démarche de sensibilisation, avec le souci de partager davantage une culture urbaine , permettant aux adhérents de Un Centre Ville pour Tous (et plus largement à ses habitants) de faire le lien entre les mouvements de globalisation et de concentration, dans laquelle s’inscrit la ville, entre les réseaux de communication, les informations, le travail scientifique, les circuits financiers internationaux et les cultures et positions économiques et sociales différentes, afin d’agir autant faire que se peu sur les phénomènes d’exclusion que vivent ces dernières . Cela implique :
- de s’approprier les connaissances : réalités sociales et démographiques, stratégies urbaines, procédures, équipements publics et équipements de proximité, contraintes financières
- et de participer à celle qui se construit jour après jour : comment devenir acteur dans un contexte qui nous est largement imposé, par l’Etat, par les autorités municipales ou par le marché financier ? quelle participation des habitants aux projets urbains ?
 
4- Proposition de programme
 
* Pour l’année à venir nous proposons de relayer le travail de l’atelier documents d’urbanismes sur le PADD du SCOT (projet d’aménagement et de développement durable du Schéma de cohérence territoriale) de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole, à travers 2 séances de travail avec des acteurs de la Communauté Urbaine : Jacques Boulesteix, président du Conseil de développement, en octobre 2010, et Patrick Magro, conseiller communautaire, en charge du SCOT à la CUM.
Non seulement nous avons des choses importantes à dire sur ce SCOT et sa capacité de prendre en compte les questions liées au centre ville, mais il nous paraît essentiel de faire nous-mêmes ce que la CUM ne fait pas assez : développer la communication et le débat sur le schéma stratégique que le SCOT met en place pour notre agglomération.
 
* Nous donnerons la parole à l’équipe d’animation d’Euroméditerrannée sur ses projets sur la Porte d’Aix, sur leur méthodologie concernant la participation des habitants et sur leur volonté d’associer ceux-ci à toutes les étapes de la recomposition de l’espace Racati-Place Marceau-Porte d’Aix.
 
* Une séance nous sera proposée par Patrick Lacoste et Jean Canton sur les logiques de déplacement du centre ville vers le nord et l’abandon corrélatif de la réhabilitation du centre ville historique
 
* Une séance d’analyse d’un ilot de Noailles (complétée éventuellement par une visite de terrain) sous tous ses aspects (social, juridique, architectural, économique)
 
* Pour les autres étapes, nous nous réservons toujours la possibilité de donner la parole à Marcel Roncayolo (pour confronter sa démarche sur la culture urbaine et notre démarche de terrain), à Daniel Drocourt ou Thierry Durousseau sur l’histoire de Belsunce, ou de nous ouvrir à d’autres intervenants comme Guy Taïeb (sur l’adéquation entre le logement social produit et les besoins), Francis Hampe (qui intervient sur le SCOT de la CUM), François Guy (qui préside la commission Habitat Solidarité du conseil de développement de la CUM) ou Patrick Bouchain (président de la Friche Belle de Mai, auteur du livre « Pour une architecture humaniste et libertaire »)
 
 

Et aussi

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0