Localtis.info - 16/04/2011

les loyers augmentent t-ils ?


Tous les locataires et les propriétaires bailleurs de France ont un avis sur l’augmentation des loyers. Tous les politiques ou presque se sont prononcés ces dernières semaines sur un éventuel plafonnement des loyers du parc privé. Mais, au-delà de ces prises de positions et des cas particuliers, comment savoir si les loyers augmentent en France ? Comment mesurer cette augmentation ? C’est à ces questions que tente de répondre l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap). Outre son caractère polémique, ce sujet est statistiquement délicat car personne ne centralise les baux : ni les services fiscaux, ni les notaires, ni les associations de propriétaires. Il n’est donc pas possible d’additionner tous les loyers payés en 2009, tous les loyers payés en France en 2010 et de mesurer l’augmentation. Que faire alors ? L’Observatoire a constitué un échantillon de 13.000 logements en Ile-de-France et de 11.000 logements situés dans 11 agglomérations de province. Chaque année, il regarde quel est le loyer de ces logements. Les premiers résultats pour 2010 viennent d’être rendus publics.

L’augmentation est-elle de + 1,4%, de + 50% ou de + 4,8% ?


 


Une vue d’ensemble tout d’abord : en 2010, sur l’échantillon, les loyers du parc privé ont augmenté de 1,4% dans l’agglomération parisienne et de 0,7% dans les agglomérations de province. Il s’agit de la plus faible hausse depuis 10 ans. L’augmentation était ces dernières années comprise entre 3 et 5%. 
Mais l’enquête ne se limite pas à cette vue globale. Elle distingue les nouveaux locataires (ceux qui sont entrés dans l’appartement dans l’année) et les anciens. Ainsi, les "loyers de marché", c’est-à-dire ceux qu’on trouve dans les annonces, ont augmenté de 50% à Paris et de 40% en province entre 2000 et 2010. Autrement dit, pour un même logement, un nouveau locataire payait 100 euros en 2000, alors que le nouveau locataire de 2011 paie 150 euros. 
Autre manière de poser le problème, mesurer l’écart entre deux locataires ou "saut à la relocation", c’est-à-dire l’augmentation de loyer que le propriétaire pratique entre deux contrats de location. L’écart mesuré est en moyenne (pour les logements qui ont changé de locataire entre 2009 et 2010) de 4,8% dans l’agglomération parisienne, en recul par rapport à 2009 (+6,2%) et 2008 (+7,4%). Les personnes ayant signé un bail à Paris en 2010 paient un loyer moyen de 22,6 euros le m2. Naturellement les petites surfaces sont beaucoup plus chères que les grandes : pour des surfaces de moins de 20 m2, la moyenne dépasse les 30 euros (soit 550 à 600 euros pour un studio). 
Enfin, il faut souligner que tous ces chiffres ne sont que des moyennes. Si l’on représente les loyers effectivement payés sur un graphique, on perçoit une très forte dispersion : il existe à Paris des locataires payant des loyers supérieurs à 35 euros le m2, alors que d’autres paient, toujours dans le parc privé, des loyers de 10 euros le m2. Toutes ces données sont disponibles sur le nouveau site internet de l’Olap ainsi que des cartes permettant de comparer les loyers dans les différentes communes.


Hélène Lemesle


Publié le 11 avril 2011

Résultats complets sur le site de l’OLAP

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0