Compte-rendu - 5/11/2011

Conseil d’administration Lundi 10 octobre 2011

Association "un centre ville pour tous"

Conseil d’administration du 10 octobre 2011

Compte-rendu


Présents : 11 administrateurs


 2 invités


ORDRE DU JOUR



1-Les Etats généraux du Logement de MPM


2-Avis de CVPT sur le SCOT de MPM
3-Les suites de la délibération du 1er février 20084 Rendez-vous avec le procureur adjoint5 Les prochaines séances de formation6 L’avenir de l’association


La séance est ouverte à 18h15


 
I- Les Etats généraux du logement organisés par MPM



La journée du 7 octobre qui s’est tenue au Parc Chanot a été une occasion importante de présenter aux élus de la CUM les conclusions des Etats généraux du logement qui se déroulaient depuis le mois de juin à l’initiative de la communauté urbaine, afin de préparer le PLH (plan local de l’habitat).
 Nous avions remis un document de contribution de l’association qui a repris l’essentiel des propos que nous avons tenus dans ces ateliers.
Et nous avons été sollicités pour intervenir publiquement dans le cadre de cette journée de conclusion.
Le bilan des ateliers est difficile à cerner, les propositions et les interventions ont été diverses, mais il a manqué une prise de conscience forte et une détermination d’agir qui soit à la hauteur des questions posées.
Les élus de la CUM (Samia Ghali et Eugène Caselli) ont présenté leurs propositions : mieux répartir le logement social sur le territoire métropolitain, apporter une aide financière à la production de logement sociaux, renouveler annuellement cette journée d’état-généraux, etc. Nous attendons de lire les textes et nous serons attentifs à ces évolutions.



II- SCOT de la CUM



Une rencontre avec les responsables du SCOT à la CUM a permis de prendre acte du fait que certaines préoccupations de CVPT étaient retenues dans la V1 du DOG (document d’orientations générales), ceci est important car le DOG est la 3ème et dernière étape du Schéma de Cohérence Territoriale, et une aura une vocation prescriptive c’est-à-dire qu’il s’imposera à des documents de rang inférieur comme le PLH (l’habitat) et les PLU (l’occupation du sol) des communes.
Nous resterons attentifs à la dimension projet urbain qui sera retenu dans les documents prescriptifs du SCOT et à l’insuffisance de la programmation quantitative en matière de logement, car la programmation actuelle de 60 000 logements ne permettra pas d’assurer à la fois le desserrement (les décohabitations) et les besoins en logements nouveaux. 
Un document V2 est en préparation pour le 15 octobre.



III- La délibération du 1er février 2008 et ses suites



Lors de nos discussions précédentes nous avons exprimé notre dépit à l’égard des documents censés donner des preuves sur l’application de cette délibération, qui nous ont été fournis.
Et nous avons envisagé une manifestation publique sur cette question.
Le bureau proposera les modalités de cette réponse publique de CVPT.


IV- Le rendez-vous avec le procureur adjoint



Nous avons rencontré le procureur adjoint en charge du suivi de l’habitat indigne.
Nous avons constaté avec lui que dans d’autres lieux, en l’occurrence en Seine Saint-Denis, en région parisienne, la collaboration entre la mairie de Saint-Denis, le procureur, le fisc et la douane avait une réelle efficacité, en particulier des mesures de répressions pénales sévères y sont désormais appliquées.
Malheureusement, à Marseille, nous restons sur des mesures d’incrimination civiles qui sont de peu d’effet, et ont peut-être un effet inverse auprès des marchands de sommeil. L’absence de coordination actuelle entre les services fait que le procureur n’a que la ville comme interlocuteur, or les "alliances" entre la ville et les marchands de sommeil ne sont pas suffisamment inexistantes pour pouvoir s’appuyer sur ce seul réseau d’information.
M. le vice-procureur Leclerc est ouvert à l’idée d’une intervention dans le cadre d’une séance de formation de CVPT, un contact va être pris en ce sens.



V- Les actions de formation pour la fin 2011



Les prochaines séances prévues sont :
- le 19 octobre : les analyses de CVPT sur le SCOT et le PLU de la CUM
- le 22 novembre : la prise en compte des habitants dans les opérations de réhabilitation avec Véronique Eyraud de Urbanis et Eric Baudet de ETH
- le 10 décembre : visite du quartier Belsunce avec Nicolas Meymin
- en décembre, à fixer : rencontre avec le collectif intercopropriétés



VI- Discussion sur l’avenir de l’association



Après avoir récapitulé les éléments du contexte actuel, lié au retrait progressif de certains membres du bureau pour diverses raisons (santé, surcroît d’activité, âge et conscience d’un besoin de renouvellement d’équipe), à l’interpellation moins pressante des habitants du centre ville, aux modalités différentes de l’action publique sur le centre ville… qui ont été présentés par le bureau, la discussion s’est engagée.
Les hypothèses d’avenir proposées sont discutées : le rebond avec une nouvelle équipe, l’organisation raisonnée de l’arrêt de l’association, une évolution vers autre chose (une autre association ?) avec prise de garantie pour la transmission du flambeau.
Le texte rédigé par le bureau, même s’il est imparfait, pose le problème.
Il est convenu que, d’ici l’AG de février 2012, le débat se développe.


Il est demandé à chacun de développer ses réflexions et de faire des propositions, d’ici le 1er novembre, afin que nous puissions les synthétiser lors du CA du 7 novembre.


Ces textes doivent être envoyés à Christian et David qui se proposent de compiler pour le CA.



VII- Atelier ilot des feuillants



Une réunion spécifique est proposée pour prendre connaissance sur le dossier réalisé par l’atelier ilot des feuillants, elle se tiendra mardi 18 octobre entre midi et 2, chez Michel



La séance est levée à 20h15


Annexe 1 : l’intervention de CVPT aux ETATS GENERAUX DU LOGEMENT
PARC
CHANOT le 7 octobre 2011


L’Atelier 3


1- Un moment positif : on aimerait que cela se prolonge, et que la concertation prenne de plus en plus d’ampleur



2- L’importance de partager nos diagnostics à chaque occasion, pour cela il faut jouer la transparence, partager les chiffres : en l’occurrence sur l’importance de la demande de logements et la solvabilité réelle des demandeurs, sur l’offre de logements et sur les financements, en comptabilisant dans ces moyens financiers ce qui vient de la défiscalisation, il faut aussi mettre sur la table aussi les responsabilités de chacun : qui fait ce qu’il doit, qui n’a pas fait ce qu’il devait



3- Seul ce diagnostic partagé permettra de partager une stratégie globale, des projets urbains et des projets de quartiers qui répondent à cette stratégie



4- Dans le domaine du logement, la réponse n’est pas à la hauteur de la demande qui s’exprime : les files d’attentes pour accéder à un logement sont considérables, les logements produits ne correspondent pas aux revenus réels des personnes ; ce n’est pas le jeu du libre marché, ni la seule construction privée, ni la spéculation foncière, ni la stratégie du "tous propriétaires" qui résoudra les problèmes


5- Les axes forts de cette stratégie dans le domaine du logement :



a- Réparer les dégâts sociaux commis : reloger les exclus (pour le centre ville, il y avait une bonne intention avec la délibération du conseil municipal du 1er février 2008 votée à l’unanimité, avec l’objectif d’utiliser un certain nombre d’immeuble pour faire du logement social destiné au relogement des expulsés du centre ville, mais elle n’a pratiquement pas été mise en œuvre !!!), mais bien des dégâts sociaux ont été commis dans d’autres quartiers
b- Rattraper les retards accumulés, ce qui est mis en chantier aujourd’hui chaque année sur Marseille, comme sur l’agglomération, ne répond qu’à 50 % des besoins !
c- Anticiper : l’anticipation foncière est essentielle pour réserver les espaces, les préserver de la spéculation et les remettre sur le marché à moindre coût (l’EPF sait parfaitement aider les collectivités à faire cela)
d- Programmer ce qui correspond vraiment aux besoins : les compromis multiples amènent à des programmations qui sont bien inférieures aux besoins, toujours trop chères au regard des ressources des personnes et à exempter au-delà de toute raison de nombreux territoires de l’effort de construction de logement sociaux, cela conduit à 2 sortes de ségrégations, sociale et territoriale
e- Que chacun prenne sa part : les collectivités qui refusent de voir les réalités, les propriétaires qui sont davantage préoccupés par les plus-values, l’Etat qui se met en retrait et ne joue pas cartes sur table et n’assure pas son rôle d’injonction, en particulier il faut appliquer la loi SRU sur chaque commune, et sur chaque arrondissement !


6- Pour le centre ville de Marseille en particulier il faut :



a- L’appréhender avec un autre regard, ne pas y voir que la pauvreté, en observer toutes les potentialités, et donner aux pauvres la chance d’être partie prenante de son avenir, leurs enfants sont facteur de renouveau bien plus qu’on ne l’imagine souvent ; c’est le carrefour majeur de l’agglomération, cessons de contourner les problèmes qu’il pose en privilégiant par exemple la rue de la République et Euroméditerranée ; trop d’immeubles sont laissés à l’abandon, cela n’a aucun sens
b- Faire un diagnostic partagé appréhendant enfin toutes les réalités de ce centre ville, écouter ceux qui y vivent, croiser les regards, qui conduise à un projet partagé ; un projet dans un milieu aussi complexe ne peut être fait uniquement par quelques responsables politiques qui - avec tous les préjugés imaginables - savent mieux que les habitants ce qu’il faut faire (on a trop vu ce que cela a donné au cours des 15 dernières années)
c- La concertation est un passage obligé : rencontrer les habitants et leur parler de leur avenir, c’est se donner une chance de dessiner un futur commun, c’est aussi faire une pédagogie utile à l’apparition d’un langage commun


 



Annexe 2 : Note de réflexion du bureau du 19 septembre 2011 sur l’avenir de l’association


Le bureau s’est réuni pour faire un constat de l’évolution de CVPT depuis sa création, de la situation aujourd’hui, et discuter des orientations possibles :


Est-ce la fin d’un cycle ?


- Une association qui a donné le meilleur d’elle-même au cours de ces 10 ans
Dans une période où il y a avait un besoin urgent de mobilisation (une municipalité sans scrupule qui a voulu rénover le centre ville au nom du libéralisme, des habitants expulsés dans des conditions odieuses, aucune force susceptible de réagir rapidement, des militants prêts à se mobiliser).
Aujourd’hui, un contexte nouveau : des autorités publiques davantage équipés juridiquement et techniquement, des acteurs associatifs divers mobilisés un peu partout, des acteurs politiques multiples avec un meilleur équilibre des pouvoirs au sein de cette classe politique, etc.


- Des militants qui estiment qu’ils ont donné ce qu’il fallait quand il le fallait, désormais mobilisés ailleurs (soucis personnels, projets, etc.)
Les uns et les autres se sont exprimés dans le souci de faire le point ensemble, et d’organiser l’avenir de l’association (ou sa disparition) de la façon la plus honnête possible (respect des adhérents, respect des habitants, respect des partenaires, considération vis-à-vis des autorités)



Les hypothèses d’avenir :


- L’association trouve les moyens du rebond : Daniel et Michel prévoient de se retirer lors de la prochaine AG, Antoine, Martine, Noureddine et Jean-Philippe ne prévoient pas de s’impliquer davantage, tout au contraire, ils sont de plus en plus pris par ailleurs.
Il faut donc attentivement regarder ce que peut être le rebond de l’association. Les membres du bureau ne souhaitent pas que le capital accumulé soit galvaudé (encore moins récupéré, dans un sens qui ne serait pas compatible avec les valeurs de l’association). Si une nouvelle équipe, incluant peu ou prou les anciens se met en place, cela doit se faire en bonne intelligence, de façon à la fois progressive, et … rapide.
Il faudra saisir rapidement le CA et l’assemblée de ce constat, afin de détecter les bonnes volontés, et de voir apparaître une équipe et un nouveau projet, et de les faire valider en AG en février 2012.


- L’association met un terme, le plus sereinement possible, à son existence. Le sentiment du devoir accompli, la masse des données et des éléments mis sur la place publique, sont de nature à rappeler (y compris publiquement) que cette association n’avait pas vocation à se perpétuer, à servir de planche d’envol politique, etc. mais à assumer une responsabilité citoyenne à un moment où elle manquait et à encourager des citoyens à se défendre par eux-mêmes à l’heure où certains confrontés à une adversité puissante se décourageaient. 


- Existe-t-il une 3ème voie ? il existe en tout cas un certain nombre d’acquis qui nous semblent essentiels et qui peuvent nous conduire collectivement à trouver les ressources pour un rebond ou à chercher un moyen terme, ces acquis sont : le rôle que joue MPM aujourd’hui qui est attentive à nos propositions (et qui a peut-être besoin de nous), le substitut du procureur est intéressé par notre mobilisation sur l’habitat indigne, et éventuellement d’autres institution qui nous prennent désormais en compte, notre reconnaissance en tant qu’ALUA, notre action dans le domaine de la formation, le site internet de CVPT désormais très consulté, notre situation juridique est claire, le nombre de nos adhérents et de nos sympathisants n’a pas fléchi, nos finances sont saines, notre « savoir faire » est capitalisé sous forme de publications et par nos archives déposées accessibles au public, etc. Tout cela ne fait pas un projet ni un avenir, mais tout cela oblige à une réflexion de fond sur les éventuelles voies intermédiaires pour poursuivre (partiellement ?) ou donner à poursuivre à telle ou telle association qui aurait des objectifs similaires évitant toute instrumentalisation et valorisant les acquis de ces dernières années en matière de projet urbain.



 

Et aussi

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0