Compte-rendu - 29/11/2011

« Réhabiliter pour les habitants et avec les habitants est-ce possible ? »


2ème atelier information-formation 2011-2012
Mardi 22 novembre 2011
sur :

« Réhabiliter pour les habitants et avec les habitants est-ce possible ? »


 


Avec :
Véronique EYRAUD, Urbanis Aménagement
Eric BAUDET, ETH (Territoires et Habitat)


 


Rappel du cadrage CVPT : A Marseille, en particulier, la dégradation du bâti est considérable, et les conditions de vie des habitants sont souvent indignes.


Le retard qui a été pris est important, et de ce fait les collectivités publiques ont tendance à procéder par grandes opérations de rénovation ou de réhabilitation afin de changer le plus rapidement possible le visage des quartiers.


La réhabilitation à marche forcée se fait alors en conflit frontal avec les habitants qui, pourtant, attendent de longue date une remise en état de leurs logements.


Une réhabilitation réussie ne peut être issue d’une décision autoritaire, il est impératif qu’elle tienne compte des habitants.


Réhabiliter un immeuble, un ilot ou un quartier nécessite un processus complexe de diagnostic du bâti et de la situation des habitants, c’est pourquoi les collectivités locales, maîtres d’ouvrage, confient ces missions à des bureaux d’études spécialisés.


Il nous paraît utile d’entendre un opérateur spécialisé et un bureau d’études auxquels de telles missions sont confiées.



Réhabiliter avec et pour les habitants



Eric Baudet et Véronique Eyraud ont présenté un diaporama explicitant la démarche de leurs organismes (voir ci-joint). Cette présentation a permis d’approfondir certains points.
L’OPAH Renouvellement Urbain Euroméditerranée, qui a fait suite en 2008 à "l’OPAH de site Euroméditerranée", est conduite par 6 personnes de compétences diversifiées, 4 500 logements ont été réhabilités depuis 2001.
Le cas particulier de la copropriété Bel Horizon, à Saint-Lazare à l’entrée de l’autoroute nord, a porté sur 7,5 millions € de travaux depuis 2001 pour 136 logements sur 2 copropriétés, concernant pour 1/3 des propriétaires occupants.
Les interventions sur l’Habitat indigne (EHI) concernent des immeubles très dégradés où peuvent se cumuler l’insalubrité, le péril et les dangers des peintures au plomb ; il faut alors construire une stratégie qui va du diagnostic à le remise sur le marché de l’immeuble concerné (diagnostic, stratégie, maîtrise foncière, travaux, vente des logements). 50 familles concernées sont suivies de très près.



Les questions débattues :



- Ces interventions se font en accord étroit avec les autorités municipales.
- Il nous faut tenir compte des souhaits des familles de rester dans des immeubles même dégradés, et parfois un accord tacite lie les propriétaires indélicats et les locataires.
- Le souci premier des intervenants est d’améliorer les conditions de vie des habitants.
- Il y a un problème constant qui est de faire remonter les demandes des locataires pauvres qui sont très démunis face à la pression de propriétaires, ou de répondre à des propriétaires démunis face à la nécessité de rénover le bâti, à leurs angoisses de voir augmenter loyers ou impôts fonciers.
- Il apparaît que l’EPA Euroméditerranée - qui expose de façon trop vague ses projets - est trop inexistant actuellement, face à un certain nombre de propriétaires et de locataires qui sont confrontés à des travaux ou opérations de réhabilitation mais ne comprennent pas comment ces opérations s’inscrivent dans le projet plus vaste Euroméditerranée II. Face à ce dernier, aux échéances encore lointaines, faute d’information sur les intentions des autorités publiques quant au sort qui leur est réservé, ils peuvent se sentir menacés et insécurisés.

Voir le Diaporama

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0