Plan Local de l’Urbanisme de Marseill - 18/04/2012

Marseille Centre / 1er, 3e, 4e, 5e, 6e et 7e (Diagnostic résumé à partir des documents de l’AGAM) 2009-2010

· Cadre administratif et institutionnel

· Approche socio économique

Population

Le logement

Les activités économiques

L’environnement et les paysages

Les équipements

Les déplacements

 

Concertation publique du 5 avril 2012 / Mairie de secteur 1 et 2em arrondissement.

Marseille Centre  / 1er, 3e, 4e, 5e, 6e et 7e

 Le "Centre" correspond aux tissus urbains les plus denses, présentant des caractéristiques communes au coeur des principales métropoles françaises : implantation historique de la ville et ancienneté du bâti ; polarisation de grandes fonc­tions et institutions métropolitaines, concentration d’emplois, d’activités et de logements au sein d’un tissu relativement mixte ; polarité commerciale et bonne desserte en transports ; congestion dans le fonctionnement urbain et concentra­tion de nuisances (notamment liées aux activités et au transport automobile : pollution atmosphérique, bruit...).

Ce territoire est, géographiquement, situé au coeur de l’espace occupé par la ville de Marseille, adossé à la façade littorale et couvre les 1er, 3e, 4e, 5e, 6e et 7e arrondissements, ainsi qu’une partie des 2e (jusqu’au boulevard du Capitaine Gèze) et 8e arrondissements (jusqu’au rond-point du Prado) qui s’apparentent à ces mêmes tissus centraux.

Cadre administratif et institutionnel

4 mairies de secteur (I, II, III, IV) + Hôtel de Ville

Approche socio économique

Population

Un rôle moteur dans le dynamisme démographique de la commune

L’intensité de cette reprise démographique est particulièrement sensible dans les 1er, 3e, 4e et 5e arrondissements, qui enregistrent un rythme de croissance supérieur à la moyenne communale, alors que les 2e et 6e connaissent une croissance plus modé­rée, inférieure à la moyenne marseillaise.

Parmi les seize arrondissements marseillais, le 7e est seul à perdre de la population (560 habitants en moins entre 1999 et 2006), effet conjugué du vieillissement de sa population et d’un plus faible dynamisme immobilier

Une population plutôt jeune et mobile

Notamment dans les 1er, 2e, 5e et 6e arrondissements. A contrario, le 7e présente une part d’habitants de plus de 60 ans qui dépassent largement la moyenne communale (30% contre 22% pour l’ensemble de Marseille). Enfin, à l’exception du 3e, la taille des ménages apparaît globalement moins im­portante dans les arrondissements centraux, les logements, plus anciens et plus pe­tits (appartements) en moyenne qu’à l’échelle de Marseille, étant moins favorables à l’accueil de grandes familles.

Une fracture spatiale nord-sud très marquée

Les arrondissements du centre historique (1er, 2e, 3e) affichent ainsi des revenus médians inférieurs de près de 50% par rapport à la moyenne : le 3e est d’ailleurs le plus pauvre de la commune avec 6 777 euros de revenu fiscal médian (contre 14 340 euros Marseille) et la plus importante proportion d’habitants vivant avec moins de 60% des plafonds de ressources HLM.

A l’inverse, les 4e, 5e, 6e et 7e affichent des revenus médians presque deux fois plus élevés et sensiblement supérieurs à la moyenne communale.

Une telle fracture sociale et géographique s’explique en partie par des taux de population ayant un emploi très inférieurs dans les trois premiers arrondissements (32% dans le 3e au lieu de 45% Marseille)

 

Le logement

 

Les arrondissements centraux, avec 166 131 logements recensés en 2005, représentent environ 40% du parc marseillais.

Un parc de logements anciens et un regain de la dynamique de construction

(66% construits avant 1948, 24% entre 1949/1974, 7% entre 1975/1998, 3% après 1998…)

Un parc composé pour moitié de locataires privés

(51% contre 36% à Marseille) et moins de propriétaires occupants (37% au lieu de 44%), sauf dans le 4e et, surtout, le 7e arrondissement

Les locataires HLM sont également moins nombreux que dans le reste de la ville, Dans le privé, plus de sept locataires sur dix disposant de moins de 60% des plafonds de ressources HLM).

Un besoin important de rénovation, peu d’opportunité de densification

Les opérations de requalification de l’habitat engagées dans le territoire depuis plusieurs années, à travers des RHI, des PRI ou des OPAH, se heurtent néanmoins aux difficultés d’habitants aux faibles ressources. Cette population apparaît d’autant plus fragilisée par la faible disponibilité du parc HLM et par la forte hausse des prix à la location,

Les activités économiques

 

Le premier pôle d’emploi de Marseille (mais taux de population ayant un emploi très inférieurs dans les trois premiers arrondissements (32% dans le 3e au lieu de 45% Marseille :

Avec 150 000 emplois environ, avec une nette prédominance des activités tertiaires et administratives. Ce rôle semble toutefois moindre pour les fonctions commerciales, les arrondissements centraux ne regroupant qu’un tiers des emplois de ce territoire. Les sept arrondissements centraux abritent environ la moitié des 308 000 em­plois de la ville de Marseille.

Le 2e arrondissement regroupe à lui seul 12% des emplois marseillais, avec la localisation de nombreuses activités administratives et d’une grande partie des ac­tivités portuaires. Et l’effet d’entrainement de Euroméditerranée.

Le 3e, et surtout les 4e et 7e, de par leur vocation résidentielle, apparaissent quant à eux faiblement pourvus en activités, leurs habitants exerçant majoritairement un travail au sein d’autres arrondissements.

A l’inverse, les emplois des arrondissements les mieux pourvus (1er, 2e, 5e et 6e) sont majoritairement occupés par des non-résidents, tandis que leurs habitants sont plu­tôt sous-employés en raison d’un faible niveau de qualification.

Un pôle tertiaire et décisionnel

Le périmètre Euroméditerranée, pour les activités financières et les services aux entreprises, même si ces filières se maintiennent dans le 1er et le 6e (le secteur du Prado notamment)./ rôle catalyseur pour d’autres fonc­tions de commandement, telles les activités administratives dans le 2e arrondissement. Dans le 4e et 5e , activités sanitaires et sociales. S’y ajoute la localisation de grands équipements hospitaliers (Timone , Concep­tion). Dans le 1 er, centralité commerciale historique, mais : 

Une centralité commerciale menacée

En 2008, le centre de Marseille compte environ 11 000 commerces, soit une baisse de 8% par rapport à 1993, Par ailleurs, avec 2 425 cellules inoccupées, le territoire connaît un taux de vacance de 26% dépassant largement la moyenne nationale estimée à 12% .

En 2008, le secteur des hôtels, cafés et restaurants représente près du quart de l’ensemble des commerces : il s’agit de la première activité commerciale du centre-ville, Les commerces d’équipement de la personne, forte présence avec 1 370 enseignes, essentiellement concentrées au sein de la zone Rome-Saint-Ferréol-Paradis, où ils représentent un commerce sur deux

Cadre de vie

L’environnement et les paysages

 

Le territoire Centre est, à l’image de la ville, un lieu d’interface entre la mer, la ville et la roche. Ce socle géographique, très marqué, constitue une grande force pour Marseille, en termes de cadre de vie et d’attractivité. Le territoire est également un lieu de "convergence" des grandes fonctions urbaines, ce qui engendre d’importantes nuisances quotidiennes et impacte les milieux naturels littoraux remarquables.

L’eau en territoire méditerranéen : une gestion complexe

Le talweg du Lacydon est naturellement configuré en "entonnoir" vers la mer et entouré de petits reliefs, telle que la colline de Notre-Dame de la Garde. Associé au climat méditerranéen, cette géographie le soumet à un important ris­que d’inondation. Le ruissellement pluvial, amplifié par l’artificialisation des sols en amont, touche particulièrement les abords du Vieux-Port. Le ruisseau des Aygalades, qui trouve son exutoire dans les bassins du Grand Port Maritime, est à l’origine d’un important risque de crue torrentielle. Ce cours d’eau, oublié car partiellement cou­vert, doit être valorisé au sein d’un parc urbain dans le cadre de l’opération d’aména­gement Euroméditerranée.

Le centre-ville de Marseille présente une spécificité historique : un réseau d’as­sainissement unitaire qui collecte les eaux usées et pluviales. Les eaux de pluie, chargées en polluants, sont traitées jusqu’à un certain débit. Au-delà, les eaux se déversent dans le milieu marin. Un programme de modernisation du réseau unitaire est en cours.

 

Les équipements

 

Le centre-ville de Marseille abrite une forte densité d’équipements variés, tout en affichant sa spécificité par rapport aux autres territoires dans les domaines culturels et universitaires. Ces équipements souffrent néanmoins souvent de leur saturation et d’une intégration insuffisante à leur environnement.

Des équipements scolaires parfois vétustes et souvent surchargés

Pour ce qui concerne les équipements du secondaire, la plupart des collèges marseillais du centre sont plutôt en sous-effectifs, sauf dans le 3e, ainsi que dans le 7e où n’existe qu’un seul établissement public surchargé. Enfin, si le Centre est devenu le premier pôle d’enseignement supérieur mar­seillais, la visibilité des campus et de la vie étudiante dans le centre demeure à ren­forcer

Des équipements culturels insuffisamment valorisés et une offre sportive déficitaire

Même si le centre-ville de Marseille connaisse une densité d’équipements comparable, voire supé­rieure, à d’autres grandes villes françaises dans ce domaine. par exemple la Friche de la Belle de Mai cumule deux handicaps (desserte et surtout d’une mise en valeur insuffisantes)

Concernant d’autre part l’offre sportive, les arrondissements centraux souffrent d’une forte carence en grands équipements de pratique encadrée (stades, bassins de natation…), Le territoire compte toutefois un nombre important d’équipements sportifs dédiés à un usage scolaire inutilisés en dehors de ce cadre, ce qui pose la question de l’oppor­tunité d’une période d’ouverture plus large.

Des équipements sanitaires à mieux prendre en compte

Un besoin grandissant en équipements sanitaires, le Centre abritant l’un des principaux pôles hospitaliers marseillais (la Timone et la Conception).

Les spécificités de ces grands équipements pourraient, à l’avenir, être mieux prises en compte par les politiques d’urbanisme et d’aménagement à Marseille, via une ré­glementation plus adaptée, facilitant leur développement et leur fonctionnement. (restauration, crèches, pro­grammes de laboratoires médicaux ou paramédicaux…) ou les réponses apportées à leurs besoins en matière de stationnement.

Par ailleurs, si le regroupement des cliniques Desbief et Ambroise Paré en un même établissement privé, au coeur d’Euroméditerranée, devrait permettre de réé­quilibrer l’offre sanitaire vers le nord du territoire, la question de l’accès aux soins des populations largement paupérisées qui résident dans des quartiers demeure toutefois posée.

 

Les déplacements

 

Bien qu’il apparaisse comme le territoire le mieux desservi de Marseille par les transports en commun, le centre-ville reste marqué par l’omniprésence de l’automobile, faute d’aménagements en amont favorisant l’usage de modes alternatifs et d’une utilisation optimale du parc de stationnement.

 

 

Concertation publique du PLU Mairie 1 / 2 em arrondissement le 5 avril 2012

 

Interventions des CIQ de St Mauront / Bd National / St Lazare / diverses amicales de locataires ….

 

Oui aux logements neufs si nécessaires, (en précisant qu’il faudrait peut être mieux réhabiliter aussi les logements vacants) tout en dénonçant les pressions des promoteurs et en dénonçant le manque d’ équipements sportifs, scolaires, d’espaces verts ….. « on a le sentiment que Euromediterranée est seulement un immense espace dallé « , « on ne voit pas apparaître les espaces de respiration »

 

Quant à l’efficacité de la concertation en cours, tous les intervenants rappellent le passé des enquêtes publiques ou malgré leurs propositions reprises par le commissaire enquêteur , aucune n’a été reprise dans les outils de programmation. « Ce n’est pas en se cachant derrière l’objectif de la bio-diversité et les effets d’annonce du futur parc des Aygalades . Ex : Euroméditerranée (-qui est un Etat dans l’Etat- ) s’est assis sur le jardin promis à la porte d’Aix ( par JC GAUDIN et GUERINI ) . Il a été remplacé par des jardins suspendus au dessus de parkings souterrains !!

Pour avoir plus d’information consulter le site AGAM

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : mercredi 26 avril 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0