Communiqué - 7/06/2004

Les raisons de notre action

Rassemblement et débat public

LES RAISONS DE NOTRE ACTION

Depuis 4 ans, l’association Un Centre Ville Pour Tous a contribué à promouvoir et faire respecter 3 principes de base :

o LE DROIT A L’INFORMATION DES CITOYENS

o LE DROIT AU LOGEMENT DES POPULATIONS ACTUELLES

o L’ACTION COLLECTIVE EN DIRECTION DES POUVOIRS PUBLICS

Soucieuse d’une réhabilitation réussie, qui respecterait le droit au logement pour tous, elle a pris au mot les promesses de la municipalité lors du conseil municipal du 24 juin 1996, qui disait dans une déclaration sur la politique municipale en faveur du centre-ville que " les besoins en logements sociaux seront assurés plutôt par la réhabilitation de l’habitat ancien traditionnel que par des constructions neuves. Cette mesure étant logiquement dictée par le fait qu’il existe sur ces deux secteurs de nombreux appartements vacants. Je tiens à souligner que nous souhaitons réaliser de vrais logements sociaux dignes de recevoir des familles, contrairement aux nombreux logements sociaux de fait, qui sont dans un état d’insalubrité tel, que nous en avons honte.... "

Elle a accueilli avec intérêt la signature par l’Etat et la ville, le 28 février 2002, d’un protocole pour la mise en œuvre d’un plan d’éradication de l’habitat indigne

Constatant que de nombreuses pratiques illégales d’éviction d’habitants du centre-ville étaient mises en œuvre, elle a aidés ceux-ci avec succès de façon à ce que leurs droits au relogement soient reconnus par les tribunaux. (voir les documents sur le 6 rue de la Fare)

Mais ces actions, dictées par l’urgence, n’avaient d’autre but, au delà de la défense légitime des personnes, que d’amener les pouvoirs publics à réaliser en nombre les logements sociaux nécessaires à une réhabilitation du centre-ville respectueuse de sa diversité sociale comme le prescrivent toutes les lois successives sur l’habitat de ces dernières années.

A l’occasion de la déclaration d’utilité publique d’une troisième tranche de prescriptions de travaux sur le quartier Noailles, sans qu’une enquête sociale soit menée préalablement, l’association, jugeant que cette décision ne respectait pas les textes sur la diversité sociale de l’habitat et le droit au logement, a demandé au Préfet de retirer son arrêté de DUP, puis devant son refus, l’a attaqué devant les tribunaux administratifs. ( voir documents)

La société concessionnaire du PRI, Marseille Aménagement ayant fourni à cette occasion une liste de relogements effectués par elle, l’association a effectué un travail précis de vérification de la réalité de ces relogements ; force est de constater que la réalité est bien différente de ce qui est décrit, et que si en effet certains relogements ont été effectués, ils l’ont souvent été dans des conditions aussi précaires qu’auparavant, et que nombre d’évictions non comptabilisées ont été effectuées dans le silence de tous les acteurs de l’opération. (cf mémorandum du 14 juin 2002)

En octobre 2003, l’association lors d’un rassemblement public écrivait dans un document remis aux participants :

La réhabilitation du Centre Ville de Marseille est en cours depuis près de vingt ans.
Il existe encore, hélas, des situations inadmissibles d’insalubrité, d’indécence et de vacance en matière de logement.
Des ménages sont, chaque jour, menacés par des décisions d’expulsions ou des évacuations qui les jettent à la rue sans relogement et souvent au mépris de la loi.
Sans scrupules, certains propriétaires ou investisseurs profitent de cette situation, parfois en toute illégalité, au risque de se voir condamnés par la justice.
Les loyers flambent, par suite de la raréfaction de l’offre locative et de l’absence de régulation des loyers des immeubles réhabilités
Des immeubles, susceptibles d’être transformés en logements sociaux, sont systématiquement cédés à des "investisseurs", avec avantages fiscaux, subventions et sans aucune contrepartie sociale.
Les programmes prévus par les engagements de la Ville et de l’Etat en février 2002, dans le protocole sur le Plan d’éradication de l’habitat indigne, tardent à venir.

Devant cette situation, notre association s’est à nouveau tournée vers les élus de la ville, et a demandé à être reçue par chaque groupe politique pour lui exposer la situation et leur demander d’intervenir pour infléchir la politique de la municipalité.

Il s’agit en effet manifestement, pour le centre-ville de Marseille, d’une politique délibérée, et non pas de la résultante de mécanismes économiques souvent invoqués, et réels, comme la " rareté " ou le coût du foncier, alors que Marseille Aménagement organise la vacance d’immeubles entiers dans le centre-ville pour les revendre à de riches investisseurs au lieu d’utiliser les financements de l’Etat disponibles pour réaliser des logements sociaux ou réhabiliter et conventionner les logements pour les rendre éligibles à l’Aide Personnalisée au Logement.

D’après les statistiques officielles produites au conseil départemental de l’habitat des Bouches du Rhone, présidé par le préfet, 15.000 demandes de logements sociaux sont actuellement insatisfaites dans la ville de Marseille, alors qu’on n’a produit à Marseille en 2003 que 565 logements sociaux toutes catégories dont seulement 70 dans le centre-ville.

On doit constater aujourd’hui que les engagements pris par la municipalité en 1996 ne sont pas tenus, que le plan d’éradication de l’habitat indigne qu’elle a signé marque le pas, alors que les conditions de maitrise foncière de nombreux immeubles du centre de Marseille par la ville sont réunies pour faire avancer ce plan de façon significative en y réalisant les logements sociaux qui font si cruellement défaut.

C’est pourquoi l’association un centre ville pour tous a décidé d’interpeller publiquement les élus de la ville à ce sujet, et de porter cette situation à la connaissance des habitants par diverses actions de communication, et notamment en désignant physiquement les immeubles vacants du centre ville qui pourraient être affectés aux besoins des habitants actuels, par l’apposition d’affiches sur les portes en fer ou les murs qui condamnent ces immeubles. Un plan joint à ce dossier montre l’ampleur de leurs localisations.

Un rassemblement d’information à l’intention des habitants du quartiers et de la presse permettra de développer ce thème,

Vendredi 4 juin 2004 à 11h
devant le N°9 rue de la Fare, dans le quartier Belsunce.13001 Marseille

Un débat public, auquel les élu(e)s de Marseille sont convié(e)s aura lieu le :

Lundi 14 juin 2004 à 18 h 15 au CRDP, 31 bd d’Athènes-13001 Marseille

> DOSSIER DE PRESSE

> AFFICHE

> PLAN DE LOCALISATION DES IMMEUBLES VACANTS

Et aussi

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

26/03/2017
Une étude de la CERC PACA qui mesure le poids économique du logement social(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

21/11/2015
Rendez-vous de CVPT "Le logement indigne à Marseille : changer de niveau et de méthode" (Communiqué)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

26/03/2016
UNE ECOLE POUR NOAILLES(Communiqué)

21/03/2014
LES REPONSES DES CANDIDATS AUX ELECTIONS MUNICIPALES DE MARSEILLE AUX QUESTIONS POSEES PAR L’ASSOCIATION "UN CENTRE VILLE POUR TOUS"(Communiqué)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : vendredi 26 mai 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0