Questionnaire de l’association "un centre ville pour tous" à l’occasion des élections municipales 2014 à Marseille - 17/03/2014

Réponse du Front de Gauche : tête de liste Jean-Marc Coppola

Un Centre-ville pour tous

Association loi de 1901, déclarée le 31/10/2000 en préfecture des Bouches-du-Rhône (J.O. du 25/11/2000).

Adresse postale : c/o Cité des Associations - Boîte n° 241 - 93, Canebière - 13001 Marseille

Site : www.centrevillepourtous.asso.fr – courriel : info@centrevillepourtous.asso.fr

 

En 2008, nous avions posé aux candidats les questions suivantes :

a. Avez-vous la volonté d’intervenir pour que les logements sociaux soient construits aussi dans les arrondissements déficitaires ? Pouvez-vous préciser les moyens que vous mettrez en œuvre pour cela ?

b. Un plan de construction et de rattrapage massif en logements sociaux dans les 7 arrondissements centraux est une nécessité. Le PLH devrait fixer un objectif de production de 1250 logements sociaux/an sur ces 7 arrondissements. Tout avantage financier ou fiscal attribué à un bailleur aurait pour contrepartie l’obligation de conventionnements du logement et une clause de protection des locataires en cas de vente, par exemple par l’exercice du droit de préemption de la ville. Etes-vous prêt à traduire ces objectifs dans le P.L.U. ?

c. Pourquoi ne pas fixer systématiquement un objectif de 30 % de logements sociaux dont 2/3 à loyers réduits (PLUS ou PLAI) dans toutes les opérations privées neuves dans les arrondissements déficitaires ? Partagez-vous cet objectif ? Êtes-vous prêt à le mettre en œuvre ?

d. Pourquoi ne pas assortir un plan de transformation d’immeubles en logements sociaux, d’un renforcement et d’une majoration des aides publiques ?

e. Alors que la Ville de Marseille vient de vendre son capital dans les logements de la convention SOGIMA de 1932, il est tout à fait possible d’imposer un conventionnement afin d’empêcher que les 2 600 locataires concernés soient privés de loyers sociaux. Etes-vous prêt à vous engager dans cette direction ?

Aujourd’hui ces questions restent d’actualité. Toutefois les contextes ont changé :

➢ A Marseille, les documents d’urbanisme sont actés ou définis : SCOT, PLH, PLU (en cours), PDU.

➢ Concernant le centre de Marseille, sont engagés, en cours de réalisation ou achevés les « chantiers » suivant : Protocole d’Eradication de l’Habitat Indigne ; opération Grand Centre-ville ; Réaménagement du Vieux Port ; MP2013 Capitale de la Culture ; Euro méditerranée et son extension ; les 14 conventions ANRU, dont notamment la ZUS Centre Nord ; etc. …

➢ En France, la crise de 2008 puis la crise économique et financière actuelle, avec un taux de chômage croissant ; à Marseille un taux de chômage également croissant, plus particulièrement le chômage des jeunes, l’aggravation de la fracture nord-sud. Le récent rapport de l’OCDE souligne l’aggravation de la pauvreté à Marseille, et l’amplification des écarts entre riches et pauvres. Le bilan 2012 du PLH est caractérisé par un lent déclin de la construction des logements sociaux depuis 5 années, sans perspectives pour l’enrayer.

➢ Le vote de la loi métropole en décembre 2013, ET la mise en place de la mission Théry.

 

QUESTIONNAIRE A L’ATTENTION DES CANDIDATS AUX ELECTIONS MUNICIPALES DE 2014

 

En présentant votre candidature aux élections municipales, vous avez défini un programme d’actions politiques. Nous vous remercions de le préciser par vos réponses aux questions suivantes :

1. Le Schéma de Cohérence Territoriale adopté par MPM en 2012 annonce une volonté de rééquilibrage permettant aux habitants l’accès au logement social dans les quartiers déficitaires, en particulier dans le centre et le sud de la ville. Le Programme local de l’Habitat prévoit la production de 6 000 logements/an dont 5 000 sur Marseille, dont 1500 logements sociaux. Au vu des plus de 33 000 demandeurs de logement social (chiffre de 2008)

- ces objectifs vous paraissent-ils suffisants ?

Ces objectifs sont un socle de départ mais on ne rattrapera pas les retards en matière de logements sociaux si on se contente de la production de 1500 logements/an. Nous proposerons dans le débat sur le logement à la CUM MPM un avenant au PLH avec les moyens d’accompagnement financier et les mesures nécessaires en matière de foncier pour atteindre ces objectifs, indispensables pour répondre aux besoins de nos concitoyennes et concitoyens.

- quels moyens vous donnerez-vous pour agir réellement à la réalisation de ces objectifs ?

Nous agirons dans deux directions : d’une part, nous engagerons la communauté urbaine sur la création d’un outil public de production de logements et d’équipements publics pour dépasser les blocages de la promotion privée ; d’autre part, nous revisiterons le PLU de Marseille et des Communes de MPM afin de dégager dans la concertation les espaces fonciers nécessaires à la production de logements sociaux.

2. Le Plan Local d’Urbanisme a été adopté en 2013 par le Conseil Communautaire de MPM

- Pensez-vous que, faute d’emplacements réservés ou de servitudes de mixité sociale, il permette de réaliser les objectifs du PLH en logements sociaux et de rééquilibrer l’offre entre le nord et le sud de la ville ?

Bien sûr que non, le PLU imposé par jean Claude Gaudin ne favorise pas la production de logements sociaux et ne favorise pas la mixité sociale. Il n’y a pas assez de réservation foncière permettant la réalisation des équipements et des logements sociaux.

- Quelles seront vos actions et orientations vis-à-vis de ce Plan ?

Comme nous l’avons indiqué plus haut, nous proposerons un avenant au Plan Local de l’Habitat, mais également une révision partielle du Plan local de l’Urbanisme. Plan qui n’est toujours pas adopté définitivement car il y a des recours citoyens que nous comprenons, le PLU de L’UMP ne répondant pas aux recommandations du commissaire enquêteur et à notre mémoire déposé au moment de l’enquête publique.

- Que comptez-vous faire pour assurer une politique de logement compatible avec le pouvoir d’achat des ménages marseillais, qui permettrait relancer les parcours résidentiels ?

Au-delà de la réalisation d’un très grand nombre de logements sociaux, nous proposerons des mesures favorables aux propriétaires occupants pour la réhabilitation du parc ancien, et un dispositif d’acquisition du premier logement sera étudié en partenariat avec le secteur bancaire. Dans le cadre de la loi, un appel à projets sera fait pour aboutir à un accord avec des organismes bancairse, avec une attention particulière portée au secteur des banques de l’économie sociale.

Nous romprons avec la politique de gentrification du centre-ville engagé par Gaudin et sa majorité.

3. Compte tenu de l’ampleur de la demande en logement très social, êtes-vous favorable

- à fixer un objectif de 30% de logements sociaux dont 2/3 à loyers réduits (PLUS ou PLAi) dans toutes les opérations neuves des arrondissements déficitaires (sud et centre) ?

Oui bien sûr, mais nous resterons attentifs à la production de logements sociaux dans tous les arrondissements de Marseille et des communes de MPM. Les conseils communautaires marseillais du front de gauche porteront à la Communauté urbaine la même politique que nous défendons pour notre ville.

- à viser également une proportion de 20% d’accession sociale à la propriété ?

Nous ne favoriserons pas la vente du parc locatif social, car ce n’est pas ce type de vente qui favorise le parcours résidentiel !

- êtes-vous prêt à les mettre en œuvre, et comment ?

Nous travaillerons d’autres réponses mais, comme développé dans une précédente question, les ensembles locatifs sociaux doivent le rester !

4. Le PLH prévoit de produire près de 500 logements sociaux par an dans le « secteur centre », et autant dans le sud de la ville.

- Pensez-vous que l’habitat ancien, dont les caractéristiques sont souvent difficiles et thermiquement déficientes, voire indécentes ou insalubres, doit justifier une réhabilitation essentiellement en statut social ? Ces objectifs font-ils partie de votre programme d’actions ?

Si on veut garder au centre-ville sa structure architecturale d’habitat Haussmannien et conserver les noyaux d’habitats anciens, nous ne ferons pas l’économie d’une réhabilitation de qualité des immeubles acquis par la collectivité au fil du temps pour en faire du logement social accessible à tous. Dans ce cadre les pieds d’immeubles doivent accueillir des petits commerces, mais également les équipements publics qui font défaut en centre-ville !

- quels moyens envisagez-vous pour les réaliser ? Cette partie historique de la ville étant largement urbanisée, quels moyens spécifiques pensez-vous mettre en œuvre pour créer/ transformer ces logements à grande échelle ? Avec quels outils de maîtrise d’ouvrage publique ?

Il faut remettre à plat les objectifs et fonctionnement de la SOLEAM ; comme indiqué plus haut, nous sommes pour la création d’un outil public de production de logement et de rénovation pour sortir la politique du logement des griffes des requins de l’immobilier qui maitrise la chaine d’un bout à l’autre : entreprises du TP, BTP, Promotion et commercialisation.

Mais cet outil devra comprendre dans son fonctionnement un collège des usagers et experts associatifs indépendant pour, en permanence, apporter un regard critique mais aussi porter d’une manière citoyenne et populaire cette nouvelle politique du logement que nous mettrons en œuvre !

5. Pour le centre ville

Pouvez-vous décrire votre projet urbain pour le centre-ville de Marseille, et sa déclinaison en termes d’habitat, de mixités fonctionnelle et sociale, d’espaces publics et de services publics de proximité ?

Notre projet s’appuie sur les expériences proposées notamment par des collectifs comme celui des« Feuillants ».Au centre-ville nous sommes pour le maintien d’activité de commerce et de service ; nous proposons avec nos candidats du premier secteur pour les métiers d’arts la création d’une véritable espace de service d’accompagnement de ces professionnels.

Dans le domaine de l’écomobilité nous portons le projet d’une Maison dédiée à la promotion des déplacements alternatifs et des transports collectifs. Christian Pellicani, dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité en septembre 2013, en a présenté les contours.

Pour les logements, nous proposons la réalisation de logements sociaux dans le parc de logements acquis par la ville et ses sociétés d‘économies mixtes ou de la Société locale publique (SOLEAM).Enfin nous apporterons une réponse pour les livraisons, et notamment le traitement du dernier Km.

Ne pensez-vous pas que tout avantage financier ou fiscal attribué à un bailleur privé devrait avoir pour contrepartie une obligation de conventionnement du logement, et, en cas de revente, une clause de protection des locataires et de remboursement de l’aide publique ?

Nous avons combattu et dénoncé la politique mise en œuvre par la droite marseillaise, au travers du Périmètre de restauration immobilière (PRI). Au moment du bilan, nous avons été quasiment la seule formation politique au travers de nos conseillers sortant du premier secteur, à mettre l’accent sur le fait que les mesure fiscales d’accompagnement ont favorisé l’exclusion de 17% de petits propriétaires occupants, et que les bénéficiaires des mesures fiscales et avantages divers n’ont en rien favorisé une bonne réhabilitation, ni permis l’accès au logement en centre-ville.Enfin le PRI n’a permis l’émergence d’aucun équipements publics de plus en 18 ans.Notre groupe a été le seul à voter du début à la fin du PRI contre cette politique !


Les espaces publics sont nécessaires à la respiration de la ville et au « bien vivre », or il en manque un grand nombre (aire de jeux d’enfants dans le 1er arrondissement, par exemple) et d’autres tendent à disparaitre (ex : place de la Providence). Quelle est votre position ?

Nous avons pour la place de la Providence, une proposition d’aménagement qui permettrait de créer en sous-sol des parkings pour les résidents du centre-ville. Dans le niveau R-1 et RDC elle est de créer deux niveaux de gestion des livraisons et du reconditionnement des marchandises : un pôle urbain de logistique et sur l’ensemble de la surface à 1,50 m de haut un espace public arboré avec terrain de pétanque et aire de jeux pour les habitants de ce quartier très dense du centre-ville !

 

Quel projet avez-vous de développement des équipements de proximité du centre-ville, pour ne pas subir l’hégémonie (et les seules nuisances) des équipements d’envergure métropolitaine, et pour que le centre-ville reste un centre habité ? En résumé : le MUCEM, et des crèches ?

Des places en crèche bien sûr ! Mais aussi nous sommes pour dégager les espaces nécessaires à la réalisation d’équipements sportifs complémentaires à l’espace Velten. Dans l’ensemble du premier arrondissement, nous sommes toujours engagés avec les habitants pour que, sur l’îlot Chanterelle, soit construits une école, une crèche et une espace vert. Nous sommes favorables à la venue d’une enseigne de cinéma sur la canebière, comme cela était le cas avant l’arrivée de Jean Claude Gaudin aux affaires municipales.

Nous sommes également pour vitaliser l’espace de la Halle Puget par l’installation d’un marché des bouquinistes, mais aussi la réalisation, en lien avec la faculté, un équipement pour les étudiant

Quelles suites concrètes comptez-vous donner aux remarques que la Cour Régionale desComptes a émises sur la gestion de la ville, plus particulièrement sur le suivi et le contrôle des politiques publiques en matière d’aménagement et d’habitat ?

Nous donnerons une suite sur l’ensemble des remarques de la Chambre régionale des Comptes. Nous mettrons en place un audit général sur la gestion des finances de la ville, mais aussi regarderons l’utilité des investissements engagés par la droite, pour s’en dégager lorsque cela est possible.

Nous mènerons ces actions dans la plus grande transparence, et en innovant sur les moyens à mettre en œuvre pour donner à nos concitoyens et concitoyennes les moyens de suivre la mise en œuvre de nos propres décisions.

 

6. La gestion démocratique de la cité, et le lien entre les délégataires élus et le tissu civil et associatif sont actuellement gravement déficients

- Quels dispositifs de véritable participation citoyenne envisagez-vous dès l’amont des projets pour répondre à cette situation ? Quel rôle souhaitez développer pour les CICA ?

On n’aura pas de mal à faire plus transparent et plus participatif que Jean Claude Gaudin ne l’a fait !

Mais plus sérieusement, nous mettrons en place de nombreux outils pour développer l’intervention citoyenne sur la gestion des projets de notre ville.

En premier lieu, nous donnerons sans attendre une nouvelle réforme de la Loi PML, les moyens humain, financier et matériel aux mairies de secteur pour développer les CICA avec un contrôle que ces moyens soient bien affectés à ces questions.

 

- et comment proposez-vous de le mettre en œuvre dès votre élection ?

En redéployant des effectifs, des moyens financiers, en rehaussant les dotations financières des mairies de secteur. En faisant signer aux maires et leurs conseils d’arrondissements une « Charte de mise œuvre d’une politique municipale favorisant la participation citoyenne ».

Dès la première année, nous proposerons des assises de la démocratie participative et mettrons en place une expérience de budget participatif par secteur pour la gestion des travaux de proximité.

- comment pensez-vous ouvrir l’accès à l’information comme moyen de démocratie participative ?

La politique municipale que nous mettrons en œuvre favorisera la création d’espaces de communication citoyenne et de création participatifs. L’économie sociale et les formes alternatives comme les sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) seront favorisés en tant qu’outils de gestion de ces espaces de démocratie. La démocratie à un coût : nous y mettrons les moyens !

- Que pensez-vous, par exemple, d’une décision de reprise publique de l’ilot des Feuillants, sur la Canebière, pour y créer un lieu public, participatif et solidaire ?

Nous avons déjà parlé de l’Ilot des Feuillants : nous sommes partisans sur cette question car nous avons pris fait et cause pour le projet du collectif, qui a présenté un contre-projet à la SOLEAM.

Si légalement nous pouvons arrêter les procédures en cours, nous le ferons, et ce dossier sera au cœur des discussions à gauche, car nous ne sommes pas d’accord avec la réponse du maire de secteur actuel !


Jean-Marc COPPOLA,

Tête de Liste du Front de Gauche

Pour les Municipales à Marseille


Réponse du Front de Gauche, pdf

 

 

Et aussi

4/05/2014
Non-mise en oeuvre de la délibération municipale de février 2008 concernant la production de logements sociaux pour les vieux travailleurs immigrés, premières victimes de la ¨reconquête¨ du centre-ville.(Analyse et suivi)

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

23/05/2016
Marseille concentre la moitié de la population des quartiers de la politique de la ville de la région(Bulletin de l’INSEE PACA)

10/07/2017
Quelle concertation à La Plaine ?()

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2016(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

14/12/2016
Les Comités Régionaux de l’Habitat et de l’Hébergement en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

26/03/2017
Une étude de la CERC PACA qui mesure le poids économique du logement social(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

20/01/2017
Bilan triennal 2011-2013(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

4/04/2014
La vacance de logement au centre ville de Marseille(Rapport de stage)

26/04/2017
Programmation Anah en PACA pour 2017(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

13/04/2017
Qualité de vie en PACA : Logement, emploi, revenus et cadre de vie différencient les territoires partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0