Compte-rendu de réunion - 11/06/2014

Rencontre avec "un centre ville pour tous" à la demande de l’EPAEM

Centre Ville Pour Tous

Association 1901 / Association Locale d’Usagers Agrée

 

Rencontre à la demande de l’EPAEM

29.01.2014

 PRÉSENTS //

Pour CVPT

N. Abouakil

M. Guillon

A. Richard

D. Mateos Escobar

Pour l’EPAEM

V. Kloyan

C. Fontaine

H. Le Rousseau

G. Kolf

M. Bouchard

 1. RAPPEL DE L’OBJET DE LA RENCONTRE //

Les propos tenus par N. Abouakil, porte-parole de CVPT, dans l’article de la Provence (24.11.2013) intitulé ¨Aux Crottes l’avenir inquiète¨ ont suscité des réactions au sein de la direction de l’EPAEM qui sont au départ de cette sollicitation de CVPT par Euromediterranée.

Propos tenus par CVPT dans l’article de la Provence (24.11.13) :

Si les documents afférents à la Zac, que nous nous sommes procurés, indiquent qu’en raison du faible nombre de ménages aux Crottes (840), "le projet veillera à maintenir la population en place", des associations comme Un Centre-ville pour tous (CVPT), forte de dix ans d’expérience auprès des habitants de Belsunce ou de la rue de la République, s’alarment : "La situation qui s’annonce me semble bien pire, observe ainsi Nouredine Abouakil, car sur l’extension d’Euroméditerranée, on n’est pas dans un périmètre de restauration immobilière (PRI) qui fait obligation aux propriétaires de reloger leurs locataires. Or c’est le risque majeur pour la population : que les immeubles soient vendus vides, et que les locataires se retrouvent sans rien."

 

Or pour être efficace, il faut avoir accès aux gens, mener avec eux un travail de fond, remarque Nouredine Abouakil. Avec CVPT, nous avons obtenu des victoires, contraint la Ville à reloger des gens. Accompagner les gens dans la défense de droits que pour la plupart, ils ignorent, est un travail monstre que personne ne mène encore. Nous sommes prêts à l’engager aux Crottes. Mais c’est surtout les élus qui pourront, ou ne pourront pas, obtenir d’Euroméditerranée une protection, et l’assurance d’un mieux-vivre futur pour l’actuelle population de ce secteur.”

2. RELOGEMENT ET FORMALITÉ DANS LES NÉGOCIATIONS AVEC LES HABITANTS //

N. Abouakil devant quitter la rencontre avant que prévu, il précise les inquiétudes que CVPT peut avoir compte tenu du manque de dispositif de relogement formel dans le cadre de l’extension de l’EPAEM, mais aussi de la persistance des négociations et propositions de relogement informelles ne laissant aucune trace écrite pouvant rassurer les habitants.

Au sujet des traces écrites et de la formalisation des négociations de relogement, G Kolf précise que l’EPAEM agit dans des cadres légaux, mais essaye d’éviter dés que possible les lourdeurs administratives relatives en essayant d’avoir des relations de proximité avec les habitants. Toutefois, il note que si des situations exigent des traces écrites des offres de relogement, ils n’hésitent pas à les réaliser. Le non recours systématique à des offres écrites tiendrait aussi au fait de ne pas vouloir pénaliser les ménages qui pourraient perdre leur droit au relogement au bout du troisième refus.

Au sujet de l’inexistence d’un engagement de relogement dans le périmètre d’extension, qu’il soit basé sur une charte ou sur un dispositif spécifique. G. Kolf précise l’existence et le fonctionnement d’une bourse de relogement qui regroupe tous les contingents réservataires (Préfet 200 logements, Ville de Marseille 70 logements, MPM 1% logement et près de 40 logements). L’objectif est de constituer 400 réservations pour reloger en ZUS avec une capacité d’environ 1000 ménages / an.

CVPT fait noter qu’au-delà de l’intérêt évident de ce dispositif de mutualisation, devenu opérationnel en avril 2012, il ne concerne que les relogements en ZUS. Or, le périmètre d’extension ne fait partie d’aucune ZUS, ce qui renforce le besoin d’un engagement fort pour le relogement des habitants sur place.

Ce point faisant consensus, G. Kolf rajoute que la production actuelle et en cours de logements sociaux sur le périmètre d’Euromediterrané 1, notamment ZAC CIMED (environ 500 LS sur 800 LS construits sur l’ensemble du périmètre et 4000 logements au total, soit environ 20% de LS) pourrait être suffisante pour répondre aux besoins de relogement du périmètre d’extension (soit environ une centaine).

CVPT renouvelle sa demande d’une liste détaillée et cartographiée de l’intégralité des logements sociaux produits dans le périmètre 1 d´Euroméditerranée, ZAC par ZAC, distinguant les différents types de financement et distinguant, d’une part, les logements privés conventionnés et, d’autre part, les logements sociaux publics.

L’EPAEM ne disposerait pas actuellement d’un tel bilan, compte tenu des difficultés de suivi de la production. Toutefois, conscients de l’importance de disposer de ce bilan, ils chercheront à le faire réaliser par le biais d’un stagiaire dans les mois qui suivent.

3. POINT D’ACTUALITÉ SUR LES OPÉRATIONS DE L’EXTENTION

- 2 phases d’extension :

  1. Zac Littoral : noyau Crottes et Bougainville. Démarrage opérationnel après création en octobre 2013. Dossier DUP à l’horizon 2015. Interventions en 2016

En amont : Création du pôle multimodal 13 par MPM pour réalisation terminée en 2015. Mise en place d’une gare routière pour 2015 par le Conseil général

Au total, 4 lots pour 60 000 m2

  1. Le parc public : procédure concours fin 2014 et travaux et intervention en 2016/17 pour mise en service en 2018 (une fourrière, des entreprises et quelques logements

 Sur le reste de la ZAC pas d’interventions avant 2016/17.

- Quid du marché aux puces ? Il restera à l’emplacement actuel. Un projet commun est recherché avec le propriétaire.

- En réponse à une question de CVPT sur la communications en direction des habitats des zones concernées, l’EPAEM précise qu’il est difficile de communiquer avec précision sur les aménagements et la programmation des travaux compte tenu des incertitudes qui demeurent.

- Centre Ville Pour Tous souhaite être tenu au courant des résultats d’un bilan détaillé de la production de logements sociaux (publics et privés) dans les périmètres concernés.

- Quid du devenir du foyer Sonacotra, rue Zoccola ? Le foyer sera détruit car il se trouve sur le prolongement programmé du Bd Allard traversant le parc des Aygalades.

Il sera reconstruit à l’horizon 2018. Une deuxième rencontre avec ADOMA aura lieu cette année. Il est confirmé que le projet de reconstruction se fera sur place, sur du foncier dont dispose Euroméditerranée. Le projet devra comporter un nombre de lits au Moniz équivalent à celui existant aujourd’hui.

 La séance est levée après constat réciproque de l’utilité de telles rencontres pour mise à niveau des informations et réponses à des questions

Et aussi

15/04/2017
Registre national des copropriétés et Régime d’aide "Habiter Mieux - Copropriété" partager sur facebook(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

15/12/2015
Projet de réaménagement de la Plaine : Pour une véritable concertation et co- construction du projet(Communiqué)

10/07/2017
Quelle concertation à La Plaine ?()

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

9/02/2016
"Le cri d’alarme d’un marseillais en colère"(Alain FOUREST, consultant en gestion urbaine, ancien responsable de la politique de la ville)

2/05/2017
Les chiffres-clés du logement en PACA en 2015(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

5/12/2016
Enquête cadre de vie rue de la République( Note sur l’avancement )

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0