Communiqué - 25/03/2015

"Rendez-vous d’Un Centre Ville Pour Tous" sur le thème : rencontre avec le collectif "Pas sans Nous"


 Le 3ème débat organisé dans le cadre des « Rendez-vous d’Un Centre Ville Pour Tous »

pour l’année 2015 porte sur le thème :

 

Rencontre avec l’association « PAS SANS NOUS »

 

Le collectif PAS SANS NOUS s’est créé dans le sillage et en réaction à la loi Lamy du 21 février 2014 portant sur la participation des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville à la définition des politiques publiques.

Le rapport « Pour une réforme radicale de la politique de la ville - Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires  » que Mohamed Mechmache et Marie-Hélène Bacqué ont rendu à l’été 2013 au ministre Lamy, avançait une condition préalable, celle du droit de vote aux élections locales pour les populations étrangères, et trente propositions visant à inverser la démarche de la politique de la ville, aller vers la co-construction et la codécision et s’appuyer sur le pouvoir d’agir des citoyens. Il posait la question suivante : n’est-il pas enfin temps, dans la crise sociale et politique que traverse notre pays, de s’appuyer sur les citoyens/ usagers et de se donner les moyens du débat démocratique, même conflictuel ?

Or, la loi sur la Ville et la Cohésion Urbaine, votée en procédure d’urgence à l’Assemblée Nationale, comporte quelques avancées mais reste en deçà des propositions. Le système que représentent les 1+30 propositions n’a pas été repris dans sa cohérence. La loi affirme le principe de la co-construction là où le rapport proposait une codécision reposant sur une représentation significative des citoyens dans toutes les instances.

Pour rendre possible une ouverture plus large des instances décisionnelles à la représentation citoyenne, le collectif PAS SANS NOUS s’est créé en février 2014 et une Assemblée Générale de fondation a eu lieu à Nantes en septembre de la même année. L’association ainsi créée veut continuer à s’organiser pour que le pouvoir d’agir des habitants se renforce au travers des conseils citoyens permis par la loi, et pour que les contrats de ville qui doivent être écrits puissent réellement donner aux habitants un pouvoir nouveau. C’est pourquoi l’organisation de l’association PAS SANS NOUS s’appuie sur les 22 délégués régionaux qui tentent de développer une dynamique territoriale sur la plupart des quartiers « politique de la ville » de France.

En Provence Alpes Côte d’Azur, Fatima Mostefaoui et Daniel Bikiny ont été élus en tant que délégués régionaux. Mais la réalité locale s’avère difficile. A l’inertie des instances locales sur la création des conseils citoyens, l’un des freins principaux à la dynamique de constitution de conseils citoyens, s’ajoute un autre frein non négligeable : celui de la méfiance des populations habituées à être instrumentalisées par le clientélisme, et celui des rivalités chez les acteurs associatifs dont certains s’agitent pour se mettre en scène plus qu’ils n’agissent. Les rivalités à Marseille opposent malheureusement le Collectif du 1er juin et le Collectif des Quartiers Populaires de Marseille, ce qui ralentit le travail de terrain.

Fatima Mostefaoui a rencontré Marie Lajus, Préfète à l’égalité des chances ainsi que, plus récemment, Arlette Fructus maire adjointe à la politique de la ville. Elle pourra non seulement en dire quelques mots, mais surtout, elle pourra expliquer comment l’enjeu évolue : les contrats de ville, dont la signature a été reportée à juin 2015, impliquent, si ce n’est pour la première année, la mise en place effective des conseils citoyens, du moins des démarches engagées pour leur mise en place. Or, à Marseille, aucune publicité ni aucune promotion n’en a été faite, et le partage des rôles entre la Préfecture et M.P.M. ou la Ville ressemble plutôt à une partie de ping pong.

Sur le terrain plusieurs dynamiques de territoire commencent à se développer : aux Flamants, à la Rouguière, à la Belle de mai avec les Brouettes, etc ..

Enfin, la participation ne peut s’instaurer par le haut mais bien s’organiser par les citoyens eux-mêmes, par leurs collectifs et leurs associations qui doivent être financés par la puissance publique. Pour éviter que les conseils citoyens ne se réduisent pas à un nouvel échelon institutionnel répondant à une injonction législative, 10 expérimentations de Tables de Quartier ont été engagées en France sur trois ans, dont 2 à Marseille portées par les centres sociaux de Malpassé et de Saint Gabriel. Patrick Cassina et Gérard Perrier vont également nous exposer les premiers ressentis après les 6 premiers mois de mise en œuvre.

En partenariat avec la Maison de l’Architecture et de la Ville PACA, nous vous invitons :
 

Mercredi 15 avril 2015 (18h-20h)

Maison de l’Architecture et de la Ville

12 Boulevard Théodore Thurner, 13006 Marseille

Et aussi

13/04/2017
Qualité de vie en PACA : Logement, emploi, revenus et cadre de vie différencient les territoires partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

20/05/2017
Démarche régionale sur les CUS 2018-2023 partager sur facebook partager sur twitter(DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur)

10/07/2017
Quelle concertation à La Plaine ?()

3/12/2015
"Rue de la République : où en est-on ?"(Compte-rendu de réunion du RV CVPT)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0