Compte-rendu de réunion - 8/04/2015

Assemblée générale statutaire le lundi 16 mars 2015

 

 A - Présentation du rapport d’activité 2014

 

CVPT aujourd’hui :

Centre Ville Pour Tous a fondé sa réputation sur le soutien aux plus démunis dans un contexte de rapport de force à engager avec des bailleurs indélicats (rue de la République, marchands de sommeil…). Cette orientation (actions orientées vers le droit au logement pour tous dans le centre de la ville) peut encore prospérer si des situations dommageables aux locataires sont signalées. Cela dit, les sollicitations ont presque disparu et d’autres structures (FAP, ADIL, etc.) assument cette vocation.

Par ailleurs, l’association s’est emparée de plusieurs sujets censés l’intéresser dans son cadre de « compétence » :

  • une action auprès de la Chambre Régionale des Comptes de PACA pour faire état de son niveau de connaissance des mauvais comportements contraires à l’intérêt général de Marseille Aménagement dans sa gestion des Périmètres de Restauration Immobilière. Certains dossiers ont été confiés au parquet par la Présidente de la CRC (alors en poste). Une enquête est diligentée pour évaluer la gravité des malversations.
  • Une action auprès du Tribunal Administratif de Marseille tendant à faire annuler le PLU de la ville de Marseille, non conforme selon elle, au SCoT de MPM.
  • L’élaboration d’une enquête sur la réalité des rénovations de la rue de la République, dix ans après l’action de CVPT

 

A plusieurs reprises, CVPT a organisé des manifestations (déambulations publiques) démontrant l’incurie de la ville face au patrimoine laissé vacant depuis des décennies qui lui appartenait ou lui appartient encore.

En 2014, à la suite d’une réflexion sur notre organisation, nous avons renoncé au fonctionnement par Pôles, pour resserrer notre coordination interne. L’Atelier Habitat, le groupe chargé des RV ont fonctionné sous la coordination d’un bureau informel et du CA.

  1. Atelier Habitat

Nous avons donc à nouveau fonctionné comme un Atelier, lieu de suivi des projets de la ville sur le centre ville, de préparation collective des positions de CVPT sur ces opérations, et d’élaboration de textes sur les thèmes qui sont les nôtres.

Dans ce cadre, l’atelier s’est réuni 9 fois depuis l’AG du 31/03/2014, ce qui a donné lieu à autant de comptes-rendus.

La décision de relancer l’enquête République a été prise lors de la séance du 14/05/2014, un groupe s’est constitué autour de David et d’Antoine, et a fonctionné de façon autonome toute l’année. (cf ci-dessous)

L’atelier a effectué toute l’année un travail de suivi et de collecte d’informations sur les dossiers d’urbanisme et d’habitat du centre de Marseille : Opération Grand Centre Ville, Noailles, la Plaine, Feuillants, Providence, Belle de Mai. A ce titre il a participé de façon active à la concertation sur le projet Noailles organisée par la Soleam.

Certains membres du groupe, après que nous ayons reçu en 2013 MH Bacqué et M. Mechmache chargés par le ministre de la ville d’un rapport sur la participation des citoyens dans les quartiers populaires, ont participé à la constitution du collectif "Pas sans nous", et ont suivi ses initiatives.

De ce fait, le thème de la participation des habitants aux projets d’habitat les concernant a été un fil rouge du travail du groupe sur les projets de la ville.

C’est pourquoi début 2015 nous avons été reçus à notre demande à la Préfecture des Bouches du Rhône pour être informé sur la mise en place des conseils citoyens à Marseille et envisager notre éventuelle participation à ces instances.

Notre association a engagé un Contentieux contre le PLU de Marseille fin 2013, constatant que le PLU approuvé par MPM, ne suivait pas les recommandations de la commission d’enquête et ne mettait pas en œuvre les moyens pour s’assurer la maîtrise foncière nécessaire à la réalisation des objectifs du PLH qu’elle avait approuvé. Cette action est la suite logique de notre intervention les années passées, en tant qu’ALUA, dans l’élaboration du SCOT et du PLH.

L’atelier a élaboré l’argumentaire pour notre avocat et a travaillé à la préparation des différents mémoires, Il prépare un recensement des pratiques des communes comparables pour servir en tant que de besoin. Le jugement est attendu cette année.

Des membres de l’atelier suivent les séances de présentation thématiques organisées par l’Agam sur le thème de l’immobilier à Marseille. Ces présentations, à notre sens incomplètes et orientées, nous ont amené à engager une actualisation de nos positions sur ce thème dans la perspective des documents de planification à venir.

Enfin 2 membres de l’atelier participent à la commission Habitat et solidarité du Conseil de Développement de la communauté urbaine MPM.

2- Enquête rue de la République :

Partant du constat d’une absence de connaissance sur ce qui se passait réellement sur la rue de la République, un groupe s’est constitué à l’automne 2014 pour effectuer une enquête..

Il a effectué un relevé de la totalité des immeubles du périmètre accompli pour en connaître l’état de peuplement. Le traitement est en cours, des entretiens avec habitants, commerçants et bailleurs sont à venir.

Il est envisagé une restitution publique de l’enquête finalisée (forme à définir) pendant le printemps. On peut dire déjà qu’il y a un faible taux d’occupation des logements privés et un taux de vacance important des commerces.

Une médiatisation des résultats sera faite dans plusieurs supports de presse.

3- Les Rendez-vous de CVPT en 2014

Depuis 2003, CVPT contribue à palier les manques de communication des pouvoirs publics en direction des habitants du centre ville de Marseille, en matière de réhabilitation, d’habitat insalubre et plus généralement sur les droits des locataires et des petits propriétaires, etc. avec les Rendez-Vous qui sont :

un support d’information/diffusion des actions engagées par l’association.

un espace d’échanges d’informations et d’interpellation des institutions 

un lieu d’information et de confrontation

Depuis l’assemblée générale du 31 mars 2014, nous n’avons plus un Pôle Formation, c’est l’ensemble du CA qui contribue à la définition et à l’organisation de nos rendez-vous.

Les débats du 1er semestre 2014 dans le cadre de la saison 2013-2014

- le 15 janvier sur "Pourquoi les bailleurs sociaux ne construisent-ils plus assez de logements sociaux ?" avec Alain Cormerais, Habitat et Humanisme Provence, Jean-Pierre Paret, ex- HMP et Logirem, et Jean Louis Laurent, syndicaliste

- le 12 février 2014 sur « Dynamique des inégalités et fracture Nord/Sud dans l’agglomération de Marseille » avec Patrick Lacoste et Philippe Langevin, économistes 

- le 10 avril 2014 sur " Quelle politique de requalification des espaces publics au centre ville de Marseille ? " avec Brigitte Bertoncello, sociologue, enseignante et directrice

de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional

- le 14 mai 2014 sur "Le logement des plus démunis dans le centre-ville phocéen" avec Fathi Bouaroua, directeur de l’antenne régionale PACA de la Fondation Abbé Pierre

- le 14 juin 2014 sur " Quel urbanisme pour Marseille ? Densification, verticalité et ségrégations " avec Jean Canton, Thierry Durousseau, Patrick Lacoste, Fabrice Lextrait ; ce débat a été organisé avec Pensons le Matin, dans les locaux de la Friche Belle de Mai

Au cours du 2ème semestre, nous n’avons pas organisé de Rendez-vous.

Nous avons observé que notre association était dans une phase de mutation, en interne parce que nous avions plus les mêmes sujets de mobilisation, en externe parce que CVPT avait, en quelque sorte, fait école, d’autres groupes d’habitants prenant en main leur cadre de vie dans d’autres quartiers.

Aussi nous avons envisagé un cycle de rendez-vous, destinés à rencontrer les collectifs citoyens qui se mobilisent soit sur d’autres territoires du centre ville soit sur des démarches de participation citoyenne.

  • Les Brouettes Belle de Mai
  • Noailles 
  • Equitable café 
  • Arènes 
  • La Plaine 
  • Pas Sans Nous 

Par ailleurs, un débat public devrait être organisé autour des résultats de l’enquête en cours sur la rue de la République "10 ans après"

Regard sur l’année 2015 :

La première s’est faite avec les Brouettes de la Belle de Mai s’est tenue le 28 janvier 2015

Elle a permis d’aborder avec cette association les diverses questions auxquelles elle est confrontée et les démarches originales mises en œuvre : revendication d’une navette de bus, brouettes de livres et réclamation d’une vraie bibliothèque, refus du déplacement de la maison pour tous, mise en avant de la notion de maîtrise d’usage, apéritifs citoyens, décoration des arbres de Noël de la ville, minibus vers le marché pour les personnes âgées, participation au débat public sur les casernes, repérage des abus des propriétaires de logement privés, etc.

Deux autres rencontres sont programmées :

- Sur "Convergence des initiatives citoyennes : quelles dynamiques à l’œuvre sur le territoire marseillais ?" Avec l’association La Plateforme mercredi 11 mars 2015

- Et avec la coordination Pas sans nous mercredi 15 avril 2015

4- Le site internet et communication

Il est remarquable de noter qu’il y a toujours un taux très élevé de fréquentation du site, avec 1 000 à 1 100 visites par jour, sur 7 à 8 pages. Il y a actuellement près de 5 000 articles sur le site.

Le fichier de l’association comporte 2 800 à 3000 noms qui sont destinataires de nos invitations.

5- Les recours en justice en cours

- Les recours que nous avons engagés suivent leur cours. Selon certaines informations, il semblerait que suite à la saisine du Parquet par la CRC des biens d’un ancien responsable de Marseille Aménagement aient été mis sous séquestre.

- Pour la Tour la Marseillaise : le recours engagé devant la cour administrative devrait aboutir à une décision au cours de l’été 2015

6 - La veille citoyenne

Deux sujets sont particulièrement préoccupants :

- le 8 rue de la Fare (immeuble que nous suivons depuis 2002…) : la ville est alors devenue propriétaire en 2009, 5 plafonds se sont effondrés en 2014 et la même année le vendeur et la ville qui étaient en appel se sont désistés, aujourd’hui rien ne bouge malgré l’insalubrité : il est nécessaire de faire un courrier à la ville

- l’immeuble des Feuillants : la famille Mahdi présente depuis 1987 a été confrontée à l’achat de l’immeuble par Marseille Aménagement en 2002, laquelle lui a délivré des reçus de loyers, et la ville a continué à délivrer des reçus de loyers à partir de 2007 ; et pourtant elle est accusée d’être sans droit ni titre et l’expulsion a été décidée, les locataires ont fait appel ce qui n’a pas empêché la ville de mobiliser la force publique : il est nécessaire que CVPT demande au préfet de laisser s’exprimer la cour d’appel

Le quitus est voté à l’unanimité

 

 II- Présentation du rapport financier (voir le document joint)

Il y a en 2014 42 adhérents et la moitié des adhérents de 2013 n’ont pas adhéré en 2014. Toutefois 92 personnes (cumulant les cotisants des 3 dernières années) ont reçu l’invitation à cette Assemblée générale.

L’exploitation 2014 a été déficitaire, c’est la 1ère fois, baisse des cotisants et dépenses accrues (avocat à payer pour notre recours sur le PLU de PLM), explique cela, mais notre situation est loin d’être alarmante grâce aux excédents des années antérieures.

Nous avons un solde bancaire positif pour notre fonctionnement (environ 6 000 €) et le fonds de solidarité (environ 8 700 €)

Le quitus est voté à l’unanimité

 

 III - Election et réélection d’administrateurs

Trois administrateurs sont parvenus au terme de leur mandat selon les modalités de renouvellement par tiers inscrites dans nos statuts.

Ce sont Jean-Philippe Beau, Françoise Guyon et Stéphanie Mousserin.

Les deux premiers se représentent, Stéphanie ne se représente pas.

 Les deux administrateurs qui se représentent sont réélus à l’unanimité

 B-Le devenir de l’association

Introduction par le président

Les temps ont changé :

Les opérations agressives vis-à-vis des populations du centre ville ont été abandonnées.

Pour autant, il reste difficile de percevoir quel projet d’ensemble le pouvoir municipal ou communautaire, et encore plus, celui de la future métropole, propose dans le centre ville de Marseille pour prendre le relais des défunts PRI ou des OPAH République, qui laissent ce territoire central, ses habitants et ceux qui y travaillent ou le fréquentent perclus de nombreux maux.

 Reste que cette profonde déshérence politique offre dans ses failles ou ses marges quelques opportunités d’actions pour une société civile vigilante.

Des élu(e)s et des services, notamment à l’Urbanisme et à l’Habitat, ; qui ont gagné des marges de liberté d’action par rapport à un "pouvoir" central relâché, s’en servent pour essayer des modalités d’approche des questions urbaines plus ouvertes (Belle de Mai, Noailles…).

La SOLEAM, qui a repris les activités de Marseille Aménagement, a profondément fait évoluer ses façons de faire en engageant des études (socio-urbaines) sur certains secteurs du centre (« projet grand centre ville ») et en s’ouvrant auprès du public de l’évolution des actions mises en place grâce à des bureaux privés compétents (cf le pôle Noailles).

Des immeubles de la ville qui furent pointés comme abandonnés sont enfin l’objet de projets de réhabilitation avec le bailleur ADOMA que l’ont voit à plusieurs endroits…

La volonté comme la capacité de mener à bien ces processus restent à vérifier, mais méritent d’être relevés, surveillés et émulés.

Alors, que doit faire désormais CVPT ?

  1. Une première hypothèse, évoquée par certains des membres, avait pour objet la disparition de CVPT sur la base du constat de l’œuvre accomplie.
  2. L’autre solution préconise qu’il est plus intéressant de reformater l’association pour lui conférer un rôle nouveau et conserver ses forces vives pour d’éventuelles actions au service des mal logés.

Des pistes de renouveau du fonctionnement de l’association

  1. Poursuivre, voire amplifier les « rendez vous ». Une première orientation consisterait à échanger nos pratiques avec d’autres associations, structures ou collectifs. Toutefois, une proximité avec « Pensons le Matin » mérite d’être encouragée compte tenu du partage des sujets traités et de la présence régulière de membres et des sympathisants de CVPT qui participent aux séances mensuelles, toutes de haut niveau.
  2. Travailler à compléter notre propre programmation dans l’objectif de réaliser une opération tous les mois ou tous les deux mois. Dans ce sens, une médiatisation dépassant la liste de nos connaissances sera à entreprendre.
  3. Poursuivre les travaux du groupe Habitat, notamment en rapport avec les suites de l’interpellation du TA et du déroulement des travaux de l’opération « Grand Centre Ville ». Cette orientation peut conduire à une redéfinition du périmètre d’action de CVPT en ajoutant, essentiellement, la Belle de Mai à l’aire d’intervention actuelle.
  4. Mettre en place une solide « veille » sur l’action publique qui pourra prendre plusieurs formes : étude des dossiers soumis au Conseil Municipal et au Conseil Communautaire, regards sur la presse quotidienne… Un groupe de 2-3 personnes suffira à cette mission. Chaque rapport ou sujet qui nous paraîtra, dans notre domaine d’action, irrecevable du point de vue de l’intérêt des habitants et du « bien commun » fera l’objet d’une contestation graduée de la lettre recommandée à l’action juridique en passant par des conférences de presse destinées à faire entendre notre voix ou, simplement, proposer d’être partie prenante d’une action.
  5. Le site internet est un outil précieux. Il faudra, non seulement le maintenir, mais lui apporter des modifications pour le rendre encore mieux accessible et le "doubler" d’un blog, par exemple, pour permettre aux adhérents et utilisateurs divers de s’exprimer et débattre.

 

Dans le cadre du débat plusieurs sujets sont abordés :

 

 * Nous constatons un écart important entre le comportement des services qui gèrent et les réalités sociales, les responsables publics sont moins "agressifs" et manifestent même dans certains cas une volonté de dialoguer, mais cela n’empêche pas que des problèmes graves existent ; il y a en fait deux discours, celui de la concertation et celui de l’exclusion : il est important que nous restions vigilants ; dans ce contexte de dépolitisation, il n’y a plus de discours clair et explicite dans le même temps la technostructure se renforce ; à Noailles, autour de l’ilot des Feuillants, la méthode est moins agressive, mais le processus d’exclusion avance et les gens baissent les bras ; on peu parler de logique de nettoyage ; l’AMPIL explique que les contentieux n’arrêtent pas de monter et la Fondation Abbé Pierre a du faire intervenir son fonds d’aide pour payer des avocats dans 320 cas en 1 an et demi sur Marseille

 * Tout cela interpelle CVPT, devons-nous redevenir des militants de terrain ? En avons-nous les moyens ? Nous sommes en partie dans une posture de défense de nos principes fondamentaux face à la stratégie de la ville et des opérateurs, mais nous ne sommes pas dans l’action sociale, nous avons une opportunité d’action avec les collectifs citoyens, notre force est dans une bonne connaissance des problèmes et notre capacité d’analyser les stratégies en marche

 * Et lorsqu’il y a des cas graves, il est de notre responsabilité de prendre le taureau par les cornes ; sur le cas de Mme Madi il faut écrire au préfet et en parler dans le cadre de la concertation sur Noailles ; la ville et la Soleam sont étroitement imbriquées, mais seule la ville est habilitée à exproprier ; à la différence d’une association comme l’AMPIL qui reçoit des subventions publiques et peut difficilement communiquer, nous pouvons porter à connaissance et faire connaitre publiquement

 * Plusieurs organismes font désormais un travail d’accueil des familles mal logées : Destination familles à Noailles, l’ADIL, l’AMPIL, la Fondation Abbé Pierre ; il nous faut développer les contacts avec eux pour avoir une meilleure connaissance du terrain, dans le cadre de nos Rendez-vous pas exemple

 * Aucun bilan n’a été fait de l’EHI, on a interpellé la ville mais nous n’avons pas de réponse, 150 immeubles sont en réhabilitation lourde mais on ne nous communique aucune information sur l’avancement

 * Sur la rue de la République, nous avons des retours sur deux questions graves, les hausses de charges dues en particulier aux systèmes de chauffage électrique, et l’insuffisante maîtrise des loyers

 * Dans nos premiers contacts avec les associations et collectifs de citoyens, nous avons à faire avec des démarches de mobilisations citoyennes qui ont plutôt une vocation "politique" en maintenant notre démarches comme la notre qui se confrontent à des à partir de cas sociaux concrets dans une approche souvent basée sur des compétences techniques.

 

 

 La séance est levée à 20h 15

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : vendredi 26 mai 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0