Compte-Rendu de réunion - 8/02/2016

Conseil d’administration du 25 janvier 2016

 

CONSEIL D’ADMINISTRATION

Lundi 25 janvier 2016

Administrateurs présents : 8

Administrateurs excusés :4

 

ORDRE DU JOUR

1- Rue de la République et la venue des étudiants enquêteurs

2- Le texte de d’interrogation sur l’association de M. Guillon et l’avenir de CVPT

3- Comptes 2015, budget 2016

4- La Plaine

5- Les prochains RDV

6- Edito pour le site

7- Questions diverses 

 

La séance est ouverte à 18h15

1- Rue de la République et la venue des étudiants enquêteurs

* La rencontre avec les habitants du 23 janvier

La rencontre avec les habitants s’est bien passée, des participants plutôt âgés, quelques propriétaires occupants mais surtout des locataires, mais peu de locataires du parc social, des locataires de Promologis plutôt et quelques locataires d’ANF ; apparemment pas de commerçants et pas de nouveaux habitants

Le besoin de faire quelque chose ensemble est apparu ; l’appui de Philippe O et de Nathalie M a été important, les membres de CVPT s’en sont tenus à une assistance technique en apportant des informations sur les bailleurs et les intermédiaires ; une équipe de référents bénévoles a émergé, une réunion regroupant ces référents et des animateurs se tiendra bientôt.

Parmi les questions spécifiques qui sont apparues :

- les participants posent souvent un problème plus général d’absence d’animation et de faiblesse du cadre de vie

- la part des locataires temporaires est importante dans certains secteurs (recours au Airbnb)

- les locataires d’ANF sont dans une forte attente de rénovation de leurs appartements

- dans le parc d’ANF les locataires sont plutôt dans des démarches juridiques individuelles

- ANF a transféré à ATEMI une partie de son patrimoine

 

* La venue des étudiants enquêteurs et l’apport financier de CVPT

David expose le dispositif concernant la venue des étudiants enquêteurs en 2 phases :

- 30 janvier au 4 février : enquête par 2 équipes d’étudiants sous la direction d’Agnès Deboulet et d’Elisabeth Dorier à partir d’un même panel d’immeuble, si possible, sur les modes d’habiter, relevé sociologique, et la qualité des réhabilitations ; réalisation d’un questionnaire ; un rapport d’enquête sera fait

- 8 au16 avril 2016 : deux équipes issues de Paris La Villette sur les pratiques et les représentations, la vie sociale (confort, services, sociabilité, animation) et de l’ENSA de Luminy, sur la pratique des espaces publics ; ces équipes sont dans une phase de formation continue ; une restitution orale est prévue et peut-être une publication

Ces enquêtes vont prolonger celle qui a été faite par CVPT ; un de leurs objectifs est de briser le silence imposé par les actions privées et publiques en cours elles relèvent de l’apprentissage d’une expertise citoyenne

Sur un budget prévisionnel de 2 389 €, il est demandé à CVPT d’apporter dans un 1er temps une aide financière de 290 € (pour février), en particulier pour la location du lieu de travail (les locaux de l’association 3013, au 58 rue de la République) et pour indemniser les déplacements des étudiants. Mais la demande d’ensemble se monte à 700 €, en prenant en compte le coût prévisible des hébergements pour les personnes en formation continue de la 2ème série venant de Paris La Villette (réservation de 2 appartements en Airbnb, évaluée à 1 859 €).

Il est décidé de financer les premiers 290 €. Et d’ouvrir une autorisation de financement plafonnée à 700 €, dans l’attente de précision sur les dépenses réelles, plusieurs d’entre nous se proposant d’héberger ces personnes afin de réduire les frais réels.

Enfin, rendez-vous est pris pour ce samedi 30 janvier : il est proposé à ceux qui le peuvent de rencontrer les enseignants.de la 1ère série.

 

2- Le texte de d’interrogation sur l’association de M. Guillon et l’avenir de CVPT

Michel, appuyé par Jean et Daniel, propose le texte de réflexion (ci-dessous), en vue de la prochaine assemblée générale.

Pour l’essentiel, ce texte propose d’organiser la dissolution (ou la mise en sommeil) de l’association compte tenu de la disparition de son objet central, qui concernait l’appui aux habitants menacés par les procédures d’expulsion.

 

Plutôt que de donner les arguments de chacun, sont plutôt exposés ici les arguments pour et contre :

Outre les arguments qui sont exposés dans le document :

- Les grands chantiers sont finis ; il n’y a plus de renouvellement des personnes

- Les batailles du début nous ont donné une grande force, d’autant que nous avons su agir avec rigueur et détermination ; aujourd’hui, sur La Plaine ou ailleurs, nous ne sommes plus à la hauteur de notre réputation ; CVPT n’existe plus, parlons des répercussions de cette dissolution et du transfert de son "capital"

- C’est la méthode de travail de CVPT qui a été positive, aujourd’hui il y a plutôt du brouillard dans notre capacité à prendre des décisions ; la force de nos interventions venait de sa prudence, ce qui contraste avec la façon brouillonne que nous avons d’intervenir aujourd’hui, on a essayé de nouvelles formules mais on s’est surtout mis en veille, on n’a pas su réinventer le cœur de notre démarche (la rigueur et la méthode) ; il ne faut pas continuer dans ce brouillard ; on a peut-être manqué le moment de tirer le rideau au début 2015

- Avec une autre équipe en 2015 cela aurait-il été différent ? la question d’aujourd’hui c’est avons-nous un projet stratégique ? pourrions devenir un think tank ?

- L’objectif du texte n’est pas de censurer l’action à l’extérieur, mais nous butons maintenant sur nos limites ; notre réputation a été patiemment construite, elle pourrait s’effondrer d’un coup ; de plus sur notre fonctionnement intérieur, nous avons échoué

 

Les arguments contre :

- Cette façon de voir les choses est démoralisante, vision déterritorialisée et décontextualisée ; la conclusion qui est tirée de ce diagnostic n’en découle pas automatiquement ; la FAP et l’ADIL assurent plusieurs milliers d’accueil désormais (avec des experts et des moyens) ; il nous faut une discussion itérative à partir de cette analyse ; il y a une vraie ébullition qui se passe en dehors et à côté de nous (des centaines de personnes sont concernées), la question n’est pas de se dissoudre, mais d’évoluer

- Il y a des choses qui démarrent ; la Plateforme permet d’agir dans ce nouveau contexte ; le réseau de CVPT et sa réputation jouent un rôle majeur

- Si au début 2015 ce débat méritait d’être posé, compte tenu de la démobilisation qu’il y avait alors, en ce début 2016 le contexte est différent, et l’analyse faite ne reflète pas le contexte plus positif dans lequel nous sommes aujourd’hui ; en 2014-2015 nous avons lancé 2 débats forts (qui ont l’un et l’autre été repris par PLM) sur les inégalités socio-spatiales à Marseille et sur l’ampleur de la dégradation de l’habitat privé, ces débats nous situent désormais au niveau de l’ensemble de la ville, voire de l’agglomération ; et la mobilisation qu’on vient de réussir sur la rue de la République montre que nous sommes bien vivants.

La méthode pour avancer jusqu’à l’Assemblée générale du 21 mars 2016 :

- Ne pas rédiger un texte alternatif qui contraindrait à faire voter en AG pour l’un ou l’autre texte, mais plutôt mettre au point un texte qui rassemble les arguments et, si possible, propose un choix

- D’ici là produire des textes, afin que le bureau du 1er février et le CA du 22 février puissent s’en saisir (et si nécessaire un CA extraordinaire)

- La question de l’implication de membres de CVPT, non membres du CA, dans ce débat interne est posé par Patrick

 

3- Comptes 2015, budget 2016

Simon a remis le compte de résultat de 2015. A noter que celui-ci fait apparaître un déficit de 357,84 € (inférieur à celui de 2014).

Simon souligne qu’il serait opportun de réfléchir à une affectation des 9 006,37 € du fonds de solidarité qui sont désormais en sommeil.

 

4- La Plaine

L’AG de la Plaine semble satisfaite que M. Chenoz, président de la Soleam, ait annoncé les prochaines étapes. Elle notre que CVPT a apporté une aide utile.

Les 4 équipes mandatées par la Soleam doivent rendre leurs travaux en septembre 2016.

 

5- Questions diverses 

 Nous n’avons pas le temps d’aborder les 2 autres points à l’ordre du jour :

* Les prochains RDV : propositions du bureau portaient sur 2 RDV sur La Plaine et la Belle de Mai

* Le site internet : proposition d’un 1er édito (bi)mensuel par Christian

 

La séance est levée à 20h15

 

Annexe :

 

MOTION A L’AG SUR LA SITUATION ET LE DEVENIR DE CVPT

(révisé le 19/01/16)

 

RAPPELER L’HISTOIRE

COMPRENDRE LA SITUATION ACTUELLE

DECIDER EN RESPONSABILITE

 

Notre histoire : les premières années

 

A la fin des années 90, la municipalité de Marseille, dirigée depuis 1995 par J-C Gaudin, mène dans les quartiers du Panier et de Belsunce en attendant le Chapitre et Noailles une politique de PRI marquée par l’obscurité des procédures et la brutalité voire l’illégalité du traitement des populations pauvres de ces quartiers et particulièrement les maghrébins âgés. C’est consciente que cette politique de réhabilitation des locaux d’habitation délabrés sert d’habillage à une expulsion de ces populations fragiles, qui ne s’encombre pas de scrupules dans les méthodes, qu’une équipe unie par plusieurs idées maitresses se mobilise pour créer CVPT.

 

"Ses membres ont une longue réflexion sur le sens de la démocratie. Ils sont tous convaincus que si on ne peut pas changer le monde, on peut parfois l’améliorer, si modestement que ce soit. Ils ont toujours privilégié l’action plutôt que le discours et l’ont parfois payé bon prix. Ils savent encore, pour l’avoir éprouvé chacun de son côté, que l’on ne fait le bonheur des gens ni contre eux ni sans eux, mais que chacun doit affronter son destin et agir par lui-même. L’association ne déviera pas de cette ligne. Elle ne se substituera jamais à ceux qu’elle aidera de tout son poids." (Un Centre Ville Pour Tous, Petite histoire et grandes batailles, 2007).

 

La politique de réhabilitation immobilière menée résolument et activement au moyen des périmètres de rénovation immobilière (PRI) par la Ville au centre ville de Marseille, sans grandes objections de la part de l’Etat, provoque et alimente à un rythme soutenu des situations caractérisées d’injustice vécues par des habitants, qui font appel à CVPT, lui sont signalées ou que certains de ses membres repèrent par une veille sociale active. Dès sa création l’association s’engagea à accompagner et soutenir les personnes menacées par ces actions d’expulsion en direction des tribunaux, de l’administration et des médias. En outre, l’association s’employa à prévenir les décisions prises en matière de rénovation urbaine du centre ville en contestant leurs légitimités par différentes voies judiciaires et administratives.

En 2004, l’activation de l’opération de réhabilitation de la rue de la République, où on retrouve dans un contexte opérationnel différent les mêmes traits de non transparence et de brutalité des méthodes au service d’une volonté politique résolue, alimente une nouvelle demande abondante vers CVPT. L’association y répond, sans déroger à ses principes, par de nouveaux membres actifs et l’invention de nouveaux outils (manifestations de rues, permanences,…).

 

"En 2007, le Conseil d’administration de CVPT, noyau actif en même temps que parlement, c’est 23 personnes dont 10 femmes. Moyenne d’âge : 53 ans ; un tiers a moins de 45 ans, un tiers va de 45 à 65 ans, un tiers a plus de 65 ans. CVPT compte 236 adhérents, dont les seules cotisations assurent le budget (3 430 euros en 2006)." (Un Centre Ville Pour Tous, Petite histoire et grandes batailles, 2007).

 

 

2015 - Situation actuelle, contexte et pratiques

 

L’association a accompagné aussi loin qu’il était possible les derniers habitants touchés par l’OPAH République. Ces dernières années, elle a eu encore une vigilance sur l’engagement de la réhabilitation dans le quartier Bon Pasteur-Montolieu et un rôle ponctuel d’intermédiation entre les habitants des Crottes et les dirigeants d’Euroméditerrannée, à propos des inquiétudes prémonitoires que suscite l’extension de cette opération.

CVPT a apporté à sa manière une conclusion à l’OPAH République en effectuant une enquête sur l’état d’occupation à fin 2015, se substituant par ce fait aux institutions publiques en carence de bilan.

 

"Conclusion de l’opération" à vrai dire pour ce qui est de CVPT et de son engagement dans la défense des habitants. Pour le reste l’enquête montre bien que l’opération elle-même est toujours en attente d’avoir atteint ses objectifs.

 

Fin 2010, la Ville laissait la convention des PRI du Centre-ville s’éteindre à échéance. En réalité elle ne les soutenait plus politiquement que par inertie, leur efficience sur le terrain s’amenuisant peu à peu. CVPT, après avoir là aussi porter l’exigence du bilan par une évaluation du PRI de Noailles (2009), voyait s’éteindre la demande sociale de défense de droits au logement de la part d’habitants de moins en moins nombreux à être menacés par une opération publique à bout de souffle. Le dernier accompagnement de CVPT sera avec des locataires de l’lot Feuillants, qui relève désormais largement d’une politique découplée des PRI.

 

Ce contexte met CVPT, ces dernières années, dans une situation où il n’y a plus à proprement parler de demande d’habitants ou de pratique opérationnelle des institutions publiques face auxquelles elle s’était dressée, avait forgé des outils et mené des combats dont l’efficience à fait sa réputation.

 

La prise de conscience de cette situation dès 2011, avait amené le CA à proposer quelques pistes :

- nouveaux terrains d’actions (marchands de sommeil dans les copropriétés dégradées, suivi d’initiatives "partenariales" : contribution à la définition d’une nouvelle Politique de la ville et mise en place des Conseils citoyens, Convergences citoyennes, …)

- réorganisation interne : suppression du bureau et recentrage sur le CA, création de 4 pôles de travail.

 

A la fin 2015, à l’exception de demandes de renseignements et de conseils via le site Internet de l’association et sa fréquentation croissante, le constat est que les activités de l’association ne touchent plus aucune situation d’habitants en revendication sur leur droit au logement face aux pouvoirs publics : les ordres du jour des CA en témoignent. D’ailleurs les seules activités publiques à l’initiative de CVPT sont les Rendez-vous : pour en rester à l’année 2015, ils s’intéressent à une publication des Pouvoirs publics (le rapport Nicol) et à l’activité d’acteurs divers (Fondation Abbé Pierre, Pas sans Nous, Convergences des initiatives citoyennes, les Brouettes). Aucun ne peut porter sur une action de l’association.

 

Quoiqu’il en soit de la diversité des facteurs explicatifs (non adéquation de CVPT et de ses moyens à la nouvelle donne ; insuffisante relève générationnelle ; entre autres…) rien n’a pu empêcher qu’à l’inverse d’une redynamisation espérée se manifeste – sous un certain maintien de l’image extérieure flatteuse de l’association – une baisse régulière des capacités d’action réelles. Aucun redéploiement n’a pu se concrétiser et les tâches traditionnelles telles que le site internet ou les Rendez-vous n’ont pas reçus les renforts nécessaires.

 

Signe parmi d’autres mais particulièrement significatif le CA ne parvient plus à se maintenir à l’étiage formel de son fonctionnement : au cours de l’année 2015 le CA a peiné à réunir 50% de son effectif, parfois moins. Il n’y a plus fin 2015 que 39 adhérents à jour de leur cotisation.

Notons qu’à sa marge CVPT a essaimé dans différentes directions qu’illustrent Pensons le matin, l’Atelier Feuillants, Noailles Ombres et Lumières.

 

Conclure

 

La responsabilité des membres actuels de CVPT, au-delà de prendre acte des éléments objectifs de situation, est de prendre la décision qui s’impose de savoir clore dignement et élégamment une riche histoire. Et éventuellement de s’ouvrir à la perspective du relais d’initiatives nouvelles.

Concrètement, nous proposons qu’une Assemblée générale (ordinaire ou extraordinaire) examine la dissolution de CVPT avec affectation des fonds (celui de fonctionnement et celui de la caisse de solidarité), dépôt du nom, dépôt des archives et sécurisation de l’archivage du site.

(Une alternative, à argumenter, est envisageable : la mise en veilleuse de l’association)

Dans ce but, nous demandons au Président de convoquer une assemblée générale ad hoc.

 

 

Michel Guillon

Complété par Daniel Carrière

 

Et aussi

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0