la Marseillaise.fr - 15/04/2017

Roms : face aux expulsions, ils sortent l’arme collective

Écrit par Myriam Guillaume

mercredi 12 avril 2017 09:44

Pour la première fois, les collectifs de soutien aux Roms s’arment en mettant leurs expériences et leurs forces en commun pour mieux interpeller les collectivités sur des solutions efficaces. Photo M.G. L’utilisation de l’article, la reproduction, la diffusion est interdite - LMRS - (c) Copyright Journal La Marseillaise

Les collectifs roms se mobilisent pour empêcher une expulsion au Capitaine Gèze, les pelleteuses aplatissent le campement de La Rose. Le dialogue avec les pouvoirs publics dans l’impasse, les associatifs font combat commun sur l’ensemble de la région.

 

Dans l’ancien garage ADA du 8 bd Capitaine Gèze, moins dangereux que la rue, les familles craignent de devoir retourner côté trottoir. Une expulsion avec le concours de la force publique avait été accordée par la préfecture, mais le tollé d’indignation des associations d’aides aux Roms a conduit au report de l’opération d’évacuation, le site faisant partie des 4 lieux pressentis pour une stabilisation et une procédure juridique étant en cours. C’est en revanche sur le campement de La Rose, en bordure d’autoroute, que les pelleteuses sont intervenues lundi matin, à la grande satisfaction du maire FN du secteur.

Boulevard Gèze, face aux Puces, le hangar est occupé d’un côté par des réparateurs mécanique automobile, qui eux, ne seraient pas concernés par la dangerosité du site, motif avancé par la Ville de Marseille pour accélérer l’évacuation, de l’autre par les familles roms, soit 27 adultes et une vingtaine d’enfants tous scolarisés. Mala, qui vient de passer la cour au balais « pour mieux recevoir la presse », vit en France depuis 13 ans avec ses trois enfants. Le petit dernier, les yeux rivés sur des dessins animés, est né à Marseille. « Et un jour il votera ici, comme moi », précise Marius, 14 ans, le cadet, collégien de Jean Moulin qui aimerait bien devenir « professeur, peut-être », « ou avocat, réplique sa mère en riant, tu pourras nous aider pour les droits ».

L’école c’est primordial. « Même si on me jette dans la rue, je continue les cours ». Marius fait référence au mois d’août dernier. Le groupe abrité dans l’ancien garage Ford de la rue de Lyon, en a été expulsé « avant la rentrée pour ne pas perturber la scolarité » argumentait alors la préfecture. « Non seulement ils ont bousillé les premiers mois d’école des enfants, mais maintenant les derniers mois de l’année leur sont volés » s’indigne Jane Bouvier de l’École au Présent.

A peine 800 à Marseille

Non seulement les évacuations coûtent et mettent à plat tout le travail social engagé, mais en plus elles réduisent les familles à se replier sur des sites de plus en plus sordides. « Il y a 800 Roms sur Marseille, 13 000 personnes qui vivent à la rue. Et seulement 6000 places d’hébergement. Et ici, tout était en place pour améliorer les conditions de vie » déplore Jean Régis de Médecins du Monde. « A Gardanne et à Martigues, les mairies ont pris la situation en main et aujourd’hui les familles sont relogées. Des pratiques efficaces d’accompagnement existent, moins cher que des expulsions, une question de volonté politique », plaide Rolland Bourglan, de Gardanne.

Pourtant, un comité de suivi a été mis en place avec les services de la préfecture, dans le cadre de la directive d’août 2012. Mais devant « la brutalité des décisions, il semble que l’on soit obligé d’aller au conflit pour rouvrir le dialogue ». Les collectifs aixois, aubagnais et marseillais ont ainsi décidé de ne faire qu’un pour porter leurs revendications, justes et documentées : « nous parlons d’égalité des droits. On ne peut pas être que dans la réparation de ce que font l’État et la Ville ». Il y a d’autant plus de résistance dans l’air que c’est sur toute la région que les expulsions reprennent.

Myriam Guillaume

 

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0