Soirées-débats - 9/06/2005

"Marseille : territoires, économie, mémoire"

Transverscité - Le Grain de sable

Dans le cadre des Jeudi du Grain de Sable, le salon de thé-restaurant Grain de Sable et l’association Transverscité propose un cycle de soirées-débats sur le thème "Marseille : territoire, mémoire, économie".

Cette série de soirées-débats se propose d’explorer et de faire découvrir les transformations sociales, urbaines et économiques à l’œuvre dans l’agglomération marseillaise depuis plus d’un demi-siècle. Chaque soirée est articulée autour d’un quartier ou d’un espace urbain, porteur de mémoire et d’histoire. L’ambition de ce cycle est de montrer à partir d’un travail photographique, sonore ou visuel et d’une intervention « experte » (chercheur, journaliste ou professionnel) comment les activités économiques créent du territoire, le marquent et le transforment et comment les habitants s’approprient et participent de cette transformation, notamment par la constitution et l’appropriation d’une mémoire sans cesse renouvelée.

Ces soirées ont lieu à partir de 19h au Grain de Sable - 34 rue du Baignoir - 13001 Marseille.

Visiter le site du Grain de Sable.


Jeudi 2 juin 2005 : Belsunce et ses habitants

Quartier populaire, espace de transit et d’installation des vagues immigrées qui ont nourries la ville, Belsunce fut aussi longtemps un quartier décrié et stigmatisé. Aujourd’hui, objet d’une réhabilitation qui menace les anciens habitants et attire de nouvelles classes sociales plus aisées, la question d’une mixité sociale, d’un vivre ensemble se pose. Qui sont aujourd’hui les habitants de Belsunce ? Comment vivent-ils ces transformations ? Quelles sont les multiples images de Belsunce ?

Avec Olivier de Sépibus, photographe, exposition et présentation de son ouvrage Retraite (2004, avec Habib Tengour, éditions Le Bec en l’air) ;Abelmajid Arrif, ethnologue à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix) ; et la participation d’habitants du quartier.


Jeudi 23 juin 2005 : Belsunce, une place marchande à vocation internationale

À la fin des années 70, à l’initiative de quelques commerçants, un dispositif commercial s’est constitué dans le quartier Belsunce à destination des clientèles maghrébines. Pendant plus d’une dizaine d’années, Belsunce est devenu la destination privilégiée de milliers de « commerçants à la valise », approvisionnant les marchés intérieurs d’Algérie, de Tunisie ou du Maroc en produits de consommation courante. Comment fonctionne ce dispositif commercial ? Quelle est sa place aujourd’hui dans les circulations et échanges commerciaux en Méditerranée ?

Avec Michel Peraldi, sociologue, directeur de recherche au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (Aix), auteur notamment de Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers (2001, éditions Maisonneuve et Larose) et Abelmajid Arrif, ethnologue à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix), projection vidéo Photo-graphiques de Belsunce.


Jeudi 22 septembre 2005 : Le Port Autonome de Marseille, le destin d’une ville

L’histoire de Marseille est intimement liée à celle de son port. Les activités portuaires ont autant marqué l’espace urbain (installations maritimes sur le littoral, activités commerciales et industrielles dans l’arrière-port avec leurs quartiers d’ouvriers, de navigateurs, de dockers...) que la mémoire sociale. La décolonisation, les transformations post-fordistes ont entraîné de profondes mutations dans l’organisation économique et professionnelle de la vocation portuaire de la ville. Comment comprendre ces transformations depuis un demi-siècle ? Que représente encore le port pour la ville et ses habitants ?

Avec une projection du court-métrage Graines au vent (1964, 18 mn, distribution Copsi) en présence du réalisateur Paul Carpita ; et Dominique Pons, journaliste, auteur de Des docks et des hommes (2002, éditions Images en Manœuvre).


 

Jeudi 20 octobre 2005 : Bassin de Séon, mémoire d’une industrie portuaire

Saint-André est un de ces quartiers marqué par l’activité portuaire et industrielle de la ville et de sa radicale métamorphose. Les habitants et le paysage urbain sont pourtant encore porteurs de toute une mémoire liée à une histoire centenaire. Comment cette mémoire se transmet-elle ? Quel avenir économique aux marges de la ville ?

Avec Emmanuelle Taurines, Voix Publiques, extraits du documentaire sonore L’enjeu du détail ; Christine Breton, conservatrice du Patrimoine [sous réserve] ; et Didier Bonnet, directeur de l’Association pour le Développement et la Revitalisation Economique des Territoires Sensibles (ADRETS).


 Jeudi 1er décembre 2005 : Le Marché aux Puces, un espace marchand dans la ville

Situé en lisière des quartiers Nord, le Marché aux Puces est bien plus que ce que son nom semble indiquer. En un peu plus d’une quinzaine d’années, il est devenu un véritable centre commercial à destination des clientèles populaires régionales, voire d’au-delà. Décrié par les uns, plébiscité par les autres, que se passe-t’il au Marché aux Puces ? Qui sont les commerçants et les clients qui l’animent ?

Avec le projection du film documentaire Petits contes économiques : Le Marché aux Puces de Marseille (2000, 26 mn, coproduction La Cinquième et La Huit Production) en présence de la réalisatrice Bania Medjbar ; et Véronique Manry, sociologue, LAMES / Transverscité.

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0